Culture › Musique

Découvertes RFI 2009 : Le Sénégal remporte le prix

La finale a eu lieu ce mercredi dans la capitale togolaise

Difficile de croire, lorsqu’on les voit sur scène, qu’il s’agit là de jeunes talents. Le jury de cette édition présidé par le rappeur Passi a eu du mal à trancher, tant les trois finalistes ont ébloui le public présent ce mercredi 25 novembre à l’hôtel Sarakawa de Lomé. De la camerounaise Kareyce Fotso au mauritanien Bakhan (dites Bahran) en passant par le sénégalais Naby, tous ont offert un spectacle de qualité, avec à chaque fois une aisance scénique comme on n’en voit que chez les grands artistes. Au final, c’est Naby qui apportera la touche particulière, celle qui lui permettra avec musiciens, de ramener le trophée en Afrique de l’Ouest, après le malgache Mikea en 2008, et la tchadienne Mounira Mitchala en 2007. Brandissant le trophée a lui remis par Geneviève Goetzinger la directrice déléguée de RFI, Naby saluera la « victoire de l’Afrique entière », une phrase qui sera reprise quelques temps après par ses deux challengers. En tout cas qu’il s’agisse de Bakhan ou de Kareyce Fotso, tous deux, comme le gagnant s’étaient déjà dit « heureux de participer à la compétition et d’atteindre un tel niveau ».

Le lauréat du prix Découvertes RFI 2009
S’inspirant de la musique traditionnelle africaine, de la soul et du reggae, Naby, 33 ans, sévit sur la scène sénégalaise depuis une douzaine d’années. Il officie tout d’abord au sein du groupe Peace & peace, avant de tracer sa route en solo. Depuis 1997 son nom figure sur plusieurs compilations de rap et de reggae (Sénérap 1 et 2, Da hop, Frenchy reggae), mais Naby n’a sorti son premier album qu’en octobre 2008. Il s’appelle Dem Naa (Je suis parti ; en wolof). Ses textes parlent d’amour, de paix, des questions sociales sénégalaises, mais aussi de Dieu. Et Dieu a donc été de son côté ce 25 novembre, même si les deux autres n’ont pas démérité.

Naby lors de la remise du prix Rfi découvertes
Rfi)/n

La camerounaise Kareyce Fotso, confiante jusqu’au bout
« Ce concours est une passerelle, un passage qui ouvre les portes ». Cette phrase, c’est Kareyce Fotso qui l’a prononcé, quelques heures seulement avant la finale de cette compétition. Désormais les portes, la jeune camerounaise en a grandes ouvertes, suite à cette compétition, qui n’est pour elle que «le résultat d’un long et perpétuel travail ». D’ailleurs on le sait, elle n’en était pas à son coup d’essai en matière de compétition internationale, sa dernière sortie gagnante remontant à septembre 2009 aux derniers Jeux de la Francophonie à Beyrouth où elle a remporté la médaille d’argent. Arrivée à Lomé samedi 21 novembre en même temps que les deux autres, la jeune camerounaise, qui voyage seule avec sa guitare et ses quelques petits instruments a su rester sereine. Jusqu’au bout ! On imagine donc bien que la jeune Bandjounaise est loin de vouloir s’arrêter là, tout camerounais ne pouvant lui souhaiter que de poursuivre sa route et continuer à développer une identité musicale aussi forte que celle qu’elle démontrée lors de cette compétition.

A noter que le lauréat donnera son premier concert après ce prix, ce samedi 28 novembre 2009 au palais des sports de Cotonou au Bénin.
Bravo Naby !

Kareyce Fotso
Journalducameroun.com)/n
À LA UNE
Sondage

Un candidat de l'opposition a-t-il une chance de gagner la présidentielle 2018 au Cameroun?

View Results

Loading ... Loading ...
Retour en haut