Sport › Football

Décryptage du match Cameroun-Côte d’Ivoire

En choisissant mettre Clinton Njié, pour les 25 dernières minutes, le coach des Lions a montré une fois de plus ses limites tactiques. Saly et Guihota, contre-productifs

Fabrice Ondoa
Impeccable sur un premier coup de tête au sol (5ème minute), le portier camerounais semblait bien dans la partie, concentré en défense et tonique sur ses relances. Il a été peu fautif sur le but de Gradel des 30 mètres, mais pas le seul. Il a repoussé une autre chaude alerte de Bony, à la 64ème minute.

Henri Bédimo
Un match sérieux et solide côté gauche, le joueur de Lyon a été sécurisant et a tenté d’apporter son soutien devant, même si son entente avec Sali, puis NJié, était loin d’être évidente le temps de leur association.

Gérôme Guihota
Il n’a pas montré grand-chose sur son couloir. Pis, il a de manière inexplicable offert l’occasion qui a conduit au but ivoirien. Volontaire, mais techniquement peu habile, il a démontré durant tout le tournoi qu’il était encore loin du niveau international.

Aurélien Chedjou
Il fait un match correct. A dire que Nlaté Ekongolo, un joueur de CFA2 à Marseille, avait été préféré au défenseur de Galatasaray! Seul Finke peut expliquer un tel choix. Athlétique, il gagné de nombreux duels et ses relances ont généralement été propres.

Nicolas Nkoulou
Il a comme d’habitude donné de l’air à la défense et à la relance des Lions, mais s’est montré assez fébrile dans un duel avec Wilfried Bony, à la 64ème minute. N’eut été le sauvetage de Fabrice Ondoa, la sanction aurait été plus sévère.

Georges Mandjeck
Par son aisance technique, il fait oublier le très médiocre Franck Kom qui a très souvent été préféré à lui. Mais il n’a pas su monter en régime dans cette rencontre. Il s’est contenté de l’essentiel: colmater les brèches et relancer.

Stéphane Mbia
Dans une équipe du Cameroun, coupée en deux dans ses parties offensives et défensives, le capitaine des Lions a beaucoup couru. Parfois dominé, il a commis de nombreuses fautes. Face à des solides ivoiriens, il a peu apporté sur le plan offensif.

Choupo-Moting
Peu de ballons exploitables mais de la combativité et l’envie de trouver ses partenaires d’attaque. A cause du trop plein d’attaquants, il a parfois eu du mal à se placer. Un match sérieux mais relativement moyen notamment dans la construction, où il peut nettement mieux faire.

Edgar Sali
Il a totalement loupé son match. Improductif durant les 45 minutes qu’il a passées sur le terrain. Il a eu la balle de l’égalisation sur sa godasse, à la fin du premier acte. Mais en joueur inoffensif qu’il est, il a tiré au dessus de la barre. Il n’y a que Finke pour le préférer au très remuant Njié. Il est sorti pendant la pause, remplacé par Aboubakar. Ce dernier s’est montré dangereux sur coup franc. Mais dans le jeu, il a été égoïste.

Franck Etoundi
Préféré à Vincent Aboubakar en début de partie, il ne s’est pas montré à son avantage. L’attaquant du Fc Zurich s’est parfois montré entreprenant. Mais toutes ses tentatives ont été contrées. C’est très logiquement qu’il a été remplacé par Léonie Kweukeu.

Benjamin Moukandjo
Un match moyen dans l’impact et timide dans le jeu. Il n’a jamais pu déborder ses vis-à-vis ivoiriens. C’est très logiquement qu’il a été remplacé pas Clinton Njié, à la 67ème minute. L’ailier camerounais s’est montré dangereux d’entrée, avec une frappe soudaine. Mais les carottes étaient cuites.

L’entrée des sélections de Côte d’Ivoire et du Cameroun sur le stade, le 28 janvier 2015 à Malabo
guineaecuatorialpress.com)/n

À LA UNE
Sondage

Un candidat de l'opposition a-t-il une chance de gagner la présidentielle 2018 au Cameroun?

View Results

Loading ... Loading ...
Retour en haut
error: Contenu protégé