› Santé

Démenti : aucun variant du virus du Covid-19 n’est issu du Cameroun (Minsanté)

Résurgence des cas de Covid-19 déclarée à l’Ouest
79 nouveaux cas à l’Ouest-Cameroun

Dans un communiqué publié le 4 janvier 2021, le ministre de la Santé publique (Minsanté) apporte un démenti aux allégations diffusées sur certains médias et réseaux sociaux. Allégations faisant état  de l’identification d’un nouveau variant du virus du COvid-19, SARS CoV2 dont l’origine serait le Cameroun.

 

« Cette information est issue d’une synthèse approximative d’un document de type pre-print, c’est á dire une présentation de données scientifiques non validées. Une analyse préliminaire des données présentées montre des insuffisances majeures dans la démarche méthodologique conduisant aux assertions qui en découlent. De ce fait, ces documents n’ont a ce stade, aucun statut d’évidence scientifique. », dénonce le patron de la Santé publique.

Dans le communiqué publié suite à cette actualité, Manaouda Malachie fait observer qu’à ce jour aucune instance scientifique et sanitaires internationale, encore moins le Conseil Scientifique camerounais n’ont apporté une quelconque validation et ne confirment la transparence de la démarche des « équipes auteures » de la communication en question.

Ci-dessous la communication intégrale du membre du gouvernement camerounais.

 

COMMUNIQUE RADIO-PRESSE

Le Ministre de la Santé Publique, le Dr MANAOUDA Malachie, informe l’opinion publique nationale et internationale qu’une information véhiculée dans plusieurs médias et dans les réseaux sociaux fait état de l’identification d’un nouveau variant du virus du COvID-19, SARS CoV2 dont l’origine serait le Cameroun.

Cette information est issue d’une synthèse approximative d’un document de type pre-print, c’est á dire une présentation de données scientifiques non validées. Une analyse préliminaire des données présentées montre des insuffisances majeures dans la démarche méthodologique conduisant aux assertions qui en découlent. De ce fait, ces documents n’ont a ce stade, aucun statut d’évidence scientifique.

Il s’agit d’une présentation de huit cas de COVID-19 (3 adultes et 5 enfants) porteurs de virus dont la séquence et les éléments cliniques et biologiques présentés n’en font d’ailleurs pas a ce stade un variant. Bien plus, un seul des huit cas est présenté comme ayant effectué un voyage au Cameroun sans que la chronologie des évènements permettent d’établir une relation entre ledit voyage et l’infection alléguée.

Bien plus, il n’est présenté ni séquence chronologique des infections des huit patients, ni élément d’analyse des contacts permettant de considérer la personne ayant voyagé au Cameroun comme cas index frisant une simple stigmatisation de notre pays.

A cette date, ni les instances scientifiques et sanitaires internationales, ni le Conseil Scientifique camerounais n’ont apporté une quelconque validation et ne confirment la transparence de la démarche des équipes auteures de la communication en question.

Le Cameroun s’est doté de 24 laboratoires PCR et 4 plateformes de séquençage lui permettant de diagnostiquer les cas d’infection à COVID-19 et de participer dignement aux efforts scientifiques internationaux de surveillance épidémiologique et génomique avec la transparence et la promptitude requises en cas de menace de santé publique globale. lI note ainsi pour le regretter n’avoir reçu des équipes de recherche auteures de la communication en question, aucune information ou sollicitation de suivi de contacts du patient présenté comme cas index, suggérant la primauté du buzz sur un éventuel intérêt de sante publique globale pour les auteurs.

A la veille d’un événement sportif majeur de portée globale organisé dans notre pays, le Ministre de la Sante Publique tient a rassurer l’opinion publique nationale et internationale et toute la communauté sportive de la rigueur des mesures de surveillance épidémiologique et génomique prises par le gouvernement de la République et de ce que la situation de la pandémie est sous contrôle avec à cette date moins 1000 cas actifs, avec 115 hospitalisations et 24 personnes sous oxygène, soit unt aux de guérison de 97% et taux de létalité de 1.74largement en deçà des moyennes africaine et mondiale.


À LA UNE


SondageSorry, there are no polls available at the moment.
Back top
error: Contenu protégé