Société › Société

Démocratie: Amnesty International épingle le Cameroun

L’ONG, dans un nouveau rapport relève des violations massives des droits de l’homme au Cameroun

Dans son rapport, Amnesty international dit recevoir depuis dix ans, des informations faisant état de violations des droits humains ordonnées, cautionnées ou perpétrées par les autorités camerounaises au mépris de leurs obligations nationales et internationales en matière de droits humains. Amnesty international parle notamment d’ arrestations arbitraires et détentions illégales ; exécutions extrajudiciaires ; menaces et mauvais traitements visant des défenseurs des droits humains et des journalistes ; privation des droits à la liberté d’expression et d’association ; conditions carcérales pénibles ; torture et autres formes de traitement cruel, inhumain ou dégradant ; absence de protection des droits humains des femmes et des fillettes ; et persécution d’hommes et de femmes en raison de leur orientation sexuelle réelle ou présumée.


L’un des premiers cas évoqué par le rapport de Amnesty International (AI) est [i la répression violente des manifestations contre la montée des prix en février 2008 et contre la modification de la Constitution visant à permettre au président Paul Biya de se présenter aux prochaines élections présidentielles ]. « Le gouvernement a non seulement ordonné aux forces de sécurité de recourir à une force meurtrière et cautionné de telles actions, mais également utilisé le système de justice pénale pour punir ses opposants » peut-on lire dans le rapport. L’Ong évoque en suite les cas des militants du mouvement sécessionniste Southern Cameroon National Council (Scnc). Le rapport écrit : [i Plus de 60 membres du SCNC ont été arrêtés le 24 avril 2006. Une quarantaine de membres du Scnc ont été appréhendés le 20 janvier 2007. Le 11 février 2008, les forces de sécurité ont arrêté au moins sept membres du SCNC qui s’étaient réunis dans un centre presbytérien pour les jeunes à l’embranchement d’Azeri Old Church à Mankon (Bamenda)]. L’ong cite aussi le cas des militants principal parti d’opposition, Social Democratic Front (SDF), qui sont détenus pendant une longue durée sans jugement. La situation la plus flagrante est l’affaire Gégoire Diboulé dans laquelle était impliquée « John Ngu Mbahaning, qui faisait partie des personnes arrêtées en mai 2006, est mort d’une méningite le 15 août 2006, peu après son transfert de la prison à l’hôpital. Innocent Kom Mokto, un autre détenu, est également mort en détention le 4 octobre 2008 ». La cellule de la gendarmerie dans laquelle ils (les militants du Sdf, Ndlr) étaient initialement incarcérés, apprend – on, n’était pas bien aérée. Elle n’avait pas de lumière et aucune installation sanitaire n’était prévue pour les détenus. Les détenus n’avaient pas non plus de quoi dormir. De la gendarmerie, les détenus ont été transférés au poste de police central de Bamenda ; ils se sont plaints qu’aucune protection n’y était offerte contre les moustiques et que le poste était infesté de rats qui leur mordaient les pieds et les doigts. Les détenus ont utilisé des bols en guise de toilettes et ne vidaient leurs excréments que le matin. James Chi Ngafor (un colonel à la retraite, Ndlr) aurait puisé dans ses propres fonds pour réparer le sol de la cellule sur lequel dormaient les détenus.

Repression sanglante des manifestations de l’ACDIC à Yaoundé
journal du Cameroun)/n

Une justice aux ordres et les contre pouvoirs bâillonnés
Le rapport s’intéresse aussi au cas des procès engagés contre les émeutiers du mois de Février 2008. Les avocats et défenseurs des droits humains au Cameroun se sont déclarés préoccupés par le caractère inique des procès indique le rapport qui ajoute que « les représentants de l’appareil judiciaire n’ont pas laissé aux accusés le temps de préparer leur défense, ou de la préparer adéquatement. D’après les groupes locaux de défense des droits humains, bon nombre d’accusés n’avaient pas d’avocat, et les autres n’ont pas eu le temps de consulter l’avocat affecté à leur dossier ». AI évoque au passage les cas de Lapiro de Mbanga, Joe Laconscience et Paul Eric Kingue qui ont été particulièrement réprimés. C’est aussi les cas des associations des droits de l’homme, des syndicalistes qui sont l’objet de harcèlements et d’intimidations permanentes. « Madeleine Afite, oeuvrant pour l’Action des Chrétiens pour l’Abolition de la Torture (ACAT) dans la province du Littoral, a informé Amnesty International qu’elle avait reçu des menaces de mort après avoir dénoncé des atteintes aux droits humains commises par des agents des forces de sécurité durant les émeutes de février 2008. Delphine Fouda, une journaliste oeuvrant pour la défense des droits humains, avait été attaquée par des policiers qui avaient menacé de la violer et de la tuer en mai 2006 ». Même la presse n’est pas épargnée selon l’ong. Elle cite le cas des journalistes intimidés, des médias fermés, des journalites incarcérés et lourdement amendés. En mai 2008, plusieurs médias indépendants locaux ont affirmé que Benjamin Fouda Effa, directeur de Radio Tiemeni Siantou, avait été démis de ses fonctions sur l’insistance d’un ministre. Le ministre avait selon les médias pris ombrage du contenu d’une émission condamnant la décision du gouvernement de mettre fin aux activités de la chaîne de télévision Équinoxe et deux stations de radio, Radio Équinoxe et Magic FM. Toutes trois se sont vu ordonner de cesser d’émettre en février après avoir relayé des propos critiques quant à la manière dont le gouvernement avait fait face aux mouvements de protestation de fin février. Équinoxe TV a dû mettre la clé sous la porte le 29 février 2008, après avoir diffusé des interviews de politiciens opposés aux propositions de modification de la Constitution lit-on. On y apprend aussi que Polycarpe Essomba, correspondant de Radio France International, a été contraint de se cacher pendant plusieurs jours après que certains membres de sa famille et lui-même eurent été la cible de menaces de mort pendant les émeutes.

Policiers camerounais
spm.gov.cm)/n
Le gouvernement camerounais doit créer de toute urgence une culture de respect des droits humains et mettre un terme à l’impunité dont bénéficient actuellement les agents gouvernementaux et les forces de sécurité.
Amnesty International



Le rapport revient en outre sur les condamnations des homosexuels et dénonce les conditions de détention « pénibles » dans les prisons. II revient aussi sur les cas des deux étudiants de l’université de Buéa, Ivo Obia Ngemba et Moma Bennet qui ont été abattus par les forces de sécurité au cours de violentes manifestations contre la corruption présumée et la discrimination dont seraient victimes les étudiants anglophones. Selon une organisation estudiantine camerounaise, il n’y a eu aucune enquête formelle sur les homicides et aucun membre des forces de sécurité n’a été traduit en justice pour ces faits. AI termine enfin son rapport en formulant des recommandations au gouvernement du Cameroun. « Le gouvernement camerounais doit créer de toute urgence une culture de respect des droits humains et mettre un terme à l’impunité dont bénéficient actuellement les agents gouvernementaux et les forces de sécurité » prescrit l’Ong.
L’ong reconnait cependant qu’elle n’a pas profondément vérifié ces informations qui sont mis à sa disposition. Elle regrette de ne pouvoir rencontrer le gouvernement du Cameroun afin d’ « échanger des renseignements et discuter de recommandations afin de protéger et de promouvoir les droits humains dans le pays » tout en déplorant « le fait que les autorités ont invariablement refusé d’accéder à cette requête (ou retiré leur accord sans explication), l’empêchant ainsi de diagnostiquer et d’évaluer la véritable ampleur et la gravité des violations des droits humains au Cameroun ». Car selon elle, la promotion et la protection des droits humains seront vraisemblablement vitales au cours des mois qui précéderont les élections générales de 2011 au Cameroun.


nettali.net)/n
À LA UNE
Sondage

Un candidat de l'opposition a-t-il une chance de gagner la présidentielle 2018 au Cameroun?

View Results

Loading ... Loading ...
Retour en haut
error: Contenu protégé