› Culture

Des chorégraphes en formation pour préserver les danses camerounaises

Des chorégraphes et danseurs professionnels en formation.

Ils vont acquérir des capacités de former d’autres amateurs et professionnels de la danse pour perpétuer ce patrimoine culturel.

Depuis le 10 août, et ce jusqu’au 29 août 2020, chorégraphes et formateurs de danse suivent une formation à Yaoundé.

A l’initiative de Ac Majartists, cette formation a pour premier objectif de permettre aux participants d’acquérir quelques outils ainsi que des notions en pédagogie et dans différentes sciences qui les aideront à optimiser leur rendement.

En clair, il s’agit de donner une base de formateur pour la transmission des danses du patrimoine culturel camerounais.

Les participants à cette formation devront être capables à terme de former et transmettre les danses des quatre principales aires socioculturelles du Cameroun :  l’aire Grassfield (regions de l’ouest et du nord –ouest), l’aire Fang Beti (regions du centre, sud, est), l’aire Sawa (regions du littoral, sud ouest), et l’aire Soudano-sahélien (regions de l’Adamaoua, nord Extrême-nord).

Les danses urbaines, à l’instar du Break dance, du krump ou encore de la danse de création font également partie des modules de formation.

Le séminaire a débuté par un module sur la sensibilisation au coronavirus présenté par Martin Olomo, membre de l’équipe  du Centre national des urgences sanitaires (COUSP).

Enseignants de sport, sociologues, psychologues ou encore chorégraphes et danseurs professionnels font partie de l’équipe de formation, pour ce programme qui se tient dans la capitale   à l’espace culturel le Satchmo  Jazz club à Essos.


L’Info en continu
À LA UNE


SondageSorry, there are no polls available at the moment.
Back top
error: Contenu protégé