Politique › Institutionnel

Des diplomates donnent de leur sang pour les soldats engagés au front

Une opération de collecte a eu lieu mardi à l’ambassade des Etats-Unis à Yaoundé

Michael Hoza, ambassadeur des Etats-Unis et deux de ses homologues, Brian Olley, de la Grande-Bretagne, et Kunio Okamura, du Japon, se sont retrouvés mardi, 23 juin 2015, à l’Avenue Rosa Parks de Yaoundé, siège de la mission diplomatique américaine.

Au milieu d’autres employés des missions diplomatiques accréditées à Yaoundé, ils se sont fait prélever volontairement 450 millilitres de sang au profit des forces armées engagées dans la guerre contre la secte Boko Haram.

«Jusqu’à présent, la science n’a pas encore trouvé de médicaments qui puissent permettre de transporter l’oxygène d’un point à un autre de l’organisme. D’où l’importance du sang dans un conflit parce qu’il permet non seulement de redonner la vie, mais aussi d’apporter l’espoir à celui ou à celle qui a été blessé au combat», a souligné le Dr Célestin Ayangma, responsable du laboratoire de l’hôpital militaire de Yaoundé.

Depuis le déploiement des troupes africaines puis onusiennes en République centrafricaine et la riposte des armées camerounaises et tchadiennes contre la secte islamiste Boko Haram, l’hôpital militaire de Yaoundé a été très sollicité. «Il est le réceptacle de tous les blessés multi fracturés, brûlés, ou carbonisés, qui viennent de différents fronts contre Boko Haram et le maintien de la paix en Centrafrique. On sait que des soldats meurent le plus souvent d’anémie ou d’arrêt cardio-circulatoire sur anémie parce qu’ils ont perdu beaucoup de sang», a expliqué le Dr. Abeng Mbozo’o, médecin-chef de cet hôpital.

En termes de besoins, ce sont donc plus de 100 poches de sang qui ont été données pour les soins des militaires burundais, centrafricains, camerounais et tchadiens. Dans un contexte où l’on pratique uniquement des dons de sang par remplacements familiaux, il est inconcevable de demander à un soldat engagé au front d’amener un parent pour recevoir une transfusion sanguine.

Pour près de 1500 blessés reçus, «s’il n’y avait pas eu une banque de sang à l’hôpital militaire, nous n’aurions pas enregistré seulement trois décédés. Et aucun de ces blessés n’a été évacué dans une autre formation hospitalière», a confessé le Dr Abeng Mbozo’o. En référence à cette opération « don de sang », il a émis le v u de voir des campagnes de ce genre se multiplier «pour avoir des réserves puisqu’on ne sait pas quand l’ennemi frappera».


Droits réservés)/n


À LA UNE


SondageSorry, there are no polls available at the moment.
Back top
error: Contenu protégé