› Eco et Business

Des entreprises canadiennes à l’assaut du marché Camerounais

Plusieurs entreprises de ce pays d’Amérique du nord sont présentes à l’occasion du salon de l’entreprise de Yaoundé

La mission économique canadienne continue de faire l’expérience de l’environnement des affaires au Cameroun dans et en dehors du salon de l’entreprise PROMOTE. Une mission initiée par l’association des camerounais du Canada et co-organisée avec le groupe Afrique Expansion et le Conseil canadien pour l’Afrique.«Ce qu’on apprend du Canada, c’est la logique des affaires. Nous pensons que les transferts directs de fonds ne suffisent pas; c’est pour cela que nous avons pensé que ce que nous pouvions le mieux offrir était une mission économique. C’est dans cette optique là que nous avons approché Afrique expansion et le conseil canadien pour l’Afrique, et le projet de venir à PROMOTE a été validé», explique Pascal Bayl Balata, le président de l’association des camerounais du canada.Pour le conseil canadien, l’opportunité offerte était excellente mais pour des raisons bien différentes.«J’ai vécu en Afrique pendant très longtemps et je sais que ce continent a besoin de soutien. Mais personnellement à la différence des autres, je ne pense pas qu’il faut apporter forcément des aides budgétaires, mais apporter notre expertise aux Africains et aux camerounais. Notre combat au sein du conseil c’est de faire que les responsables politiques à Ottawa (NDLR: capitale du canada) et Montréal se penchent beaucoup plus sur l’Afrique et nous sommes heureux aujourd’hui parce que notre plaidoyer semble marcher mais il nous en faudra plus» a fait savoir pour sa part Marie-France Lebreton, vice présidente du Conseil canadien Pour l’Afrique.

Sur les premiers jours, les résultats sont plutôt jugés encourageants. Nous avons de bons retours des discussions qui ont été faites entre des canadiens que nous avons emmenés et des camerounais ici même. Il y a eu des promesses de poursuite des négociations et on va voir jusqu’au bout ce que cela donnera, a expliqué Sandrine Zambou, présidente du club économie de l’association des camerounais du Canada et responsable directe du projet de cette mission.Plusieurs responsables d’entreprises canadiennes venus pour le salon ont marqué leur satisfaction. Pour une grande partie, leur offre se combinait toujours avec la possibilité de former des nationaux. Je représente une marque de vente de pièce détachés de camions et de réfection des camions usagers. Ce voyage, le premier pour moi en Afrique, m’a permis de voir à quel point nous avons du travail de ce côté. Lorsque nous faisons le voyage sur Douala, j’étais surpris de voir tellement de camions garés et c’est vraiment dommage car je me disais, on peut y remédier. Nous avons la possibilité non seulement de fournir les pièces de rechange, mais aussi la capacité de former des personnes à la maintenance de gros engins. Nous pensons revenir et discuter avec les parties prenantes, a expliqué Patrick Vaillancourt Vachon responsable des ventes chez Lussier Camion.

Autre secteur, celui de l’aéronautique. Aviation Zenith est peut être une entreprise canadienne, mais c’est l’une des rares, essentiellement orientée vers l’Afrique. L’idée est partie d’une situation que nous avons vécue à Madagascar et nous avons décidé d’apporter notre expertise pour la maintenance des avions. Quelques soit le problème, si l’avion est envoyé chez nous, nous le récupérons et nous le remettons au client. En plus, nous apportons aussi à ses agents, une formation pour le suivi permanent. Le Canada possède une grande expertise dans la récupération des avions de petites capacités, et nous pensons que l’Afrique centrale qui est encore enclavée peut en tirer un maximum de profit de notre savoir faire. La distance n’est pas importante, nous avons des arrangements et nous pouvons satisfaire nos clients a annoncé pour sa part Guy Trottier le président d’Aviation Zénith.

L’expertise canadienne, les visiteurs ont aussi pu l’avoir en matière de gouvernance. J’appartiens à Free balance, une entreprise spécialisée dans la mise en uvre des reformes financières et des services publics. Améliorer la gouvernance dans les organisations, c’est notre crédo et en plus de cela, nous nous impliquons dans la gestion des projets de ceux de nos clients qui nous sollicitent. Free Balance travaille avec des logiciels, qui peuvent assister les décideurs à plusieurs étapes de la gestion, de la planification en passant par l’exécution et l’évaluation. L’expérience a marché dans certains pays comme la Sierra Leone, la Namibie et bien d’autres. Nous pouvons apporter cette expertise là aussi au Cameroun, où apprend-on, la maitrise des processus de gouvernance est au c ur des objectifs de l’Etat a fait savoir Anne Ellsworth, responsable des ventes des produits Free Balance pour l’Afrique. le programme de la mission canadienne se poursuit ce vendredi 9 décembre, avec un voyage de rencontre sur Douala.

Le stand Canadien au Promote 2011
journalducameroun.com)/n


L’Info en continu
  • Cameroun
  • Afrique & Monde
Toute l’info en continu
À LA UNE


SondageSorry, there are no polls available at the moment.
Back top
error: Contenu protégé