Sport › Football

Des interrogations autour de l’avenir de Volker Finke

L’actuel sélectionneur du Cameroun a rappelé à Yaoundé que son contrat s’achève en mai 2015 au moment où une enquête est en cours sur les causes de la débâcle de l’équipe au Brésil

A la question de savoir quel sort est réservé à Volker Finke, après ce Mondial calamiteux, le président du Comité de normalisation de la Fédération camerounaise de football, Joseph Owona, joint au téléphone, s’est montré peu disert : « Il faut attendre les conclusions de l’enquête demandée par le Chef de l’Etat. Il est assez précoce de parler maintenant de Volker Finke. C’est seulement à la fin de cette enquête que l’on pourra se prononcer». Or de toute évidence, le cas Finke préoccupe au plus haut point.

Interrogé dimanche dernier sur la question par Serge Fouasgue, sur les antennes de la Crtv, Volker Finke, très serein, a répondu : « Je ne me pose pas la question, je suis en poste. Mon contrat avec la Fédération court jusqu’en mai 2015. Cette équipe a de l’avenir, elle a un vrai potentiel, elle a des jeunes qui sont là, il y a quelque chose de vraiment intéressant à faire. Mais, il y a un gros problème d’organisation et de management. Pour que je continue à travailler, il faut que certaines habitudes changent».

Si l’ancien entraîneur de Fribourg souhaite continuer l’aventure avec les Lions, sa position risque d’être fragilisée par un fiasco qui rappelle celui du Mondial-2010. Paul le Guen n’avait alors pas survécu à la déroute et avait dû céder sa place à Xavier Clemente, qui lui même a été remplacé par Denis Lavagne. Ce dernier, après la défaite des Lions à Praia, face au Cap-Vert (0-2) en septembre 2012, a été remplacé par Jean Paul Akono. Le sélectionneur camerounais, dans des circonstances assez troubles, cédera son banc à Volker Finke. Nul besoin d’être un spécialiste du football pour comprendre qu’un des gros problèmes des Lions est dû à l’instabilité chronique observée à la tête de la sélection. A la fin de chaque campagne désastreuse de la sélection fanion, Samuel Eto’o, qui sait mieux que quiconque comment on fait pour construire une équipe cohérente, a toujours milité pour le maintien du technicien en poste. Joint au téléphone, Stéphane Mbia, l’un des joueurs qui a peu de choses à se reprocher dans le cadre de la prestation du Cameroun au Mondial brésilien, indique fort justement : «Il faut que l’on maintienne Volker Finke. Il est l’homme de la situation. Il est assez outillé pour reconstruire les Lions».

Bouc émissaire
Et pourtant, au Brésil, où le Cameroun s’est classé dernier, l’échec retentissant de la stratégie de son sélectionneur pose inévitablement la question du maintien ou pas de Volker Finke à la tête des Lions. Dès le premier match face au Mexique, qui jouait avec cinq milieux, il a été surpris et n’a pas pu ou su répondre à ce défi tactique. Durant les deux semaines de stages en Autriche, on a eu de la peine à comprendre son projet de jeu, tâtonnant notamment dans le choix de sa charnière centrale. Sur le plan psychologique, on croyait le technicien allemand rigoureux. Il indique aujourd’hui qu’il s’est laissé influencer dans le choix de certains joueurs blessés.

Resté au Brésil après le dernier match des Lions, pour, indiquait-il, suivre certaines rencontres, le technicien allemand, assez courageux, a regagné Yaoundé la semaine dernière. De sources bien informées, il est passé la semaine dernière devant la commission d’enquête logée au secrétariat des services du Premier ministre. Si presque rien n’a filtré de son audition, il est apparu néanmoins que Volker Finke ne souhaite plus voir certains joueurs dans la tanière. Les noms qui reviennent le plus comme boucs émissaires sont: Samuel Eto’o, Jean II Makoun, Achille Webo, Song Bilong, Enoh Ewong, Landry Nguemo et Assou Ekotto.

Pour les éliminatoires de la Can «Maroc 2015» qui débutent en septembre par deux matches compliqués face à la Rdc (6 septembre) et la Côte d’ivoire (10 septembre), Volker Finke a émis le v ux de se passer de ces joueurs. Selon lui, s’il dit être à la recherche d’un grand gardien, la future équipe du Cameroun doit être construite autour des joueurs comme Nicolas Nkoulou, Stéphane Mbia, Joël Matip, Choupo-Moting et Benjamin Moukandjo dont il souhaite en faire le vice-capitaine. Les autorités en charge du football camerounais lui accorderont-elles une seconde chance ?

Volker Finke
thefa.com)/n


L’Info en continu
  • Cameroun
  • Afrique & Monde
Toute l’info en continu
À LA UNE


SondageSorry, there are no polls available at the moment.
Back top
error: Contenu protégé