Société › Société

Des missionnaires s’activent pour la création des infrastructures au Cameroun

Les s urs de la Congrégation organisent des journées de missionnaires, en septembre, en vue de réunir des fonds pour des actions humanitaires

Chaque année, la journée des missionnaires organisée en septembre, à la congrégation, permet de réunir des fonds pour aider les actions humanitaires au Cameroun. Un pays où les s urs de Broons travaillent depuis soixante ans.

Samedi, Annick Geffrelot, la mère supérieure, a fait le bilan de cette manifestation humanitaire et festive.Un tour de table a permis aux bénévoles d’exprimer des idées pour améliorer la fête. Les bénéfices récoltés en 2016 permettront de soutenir les actions menées dans les écoles et les hôpitaux camerounais.

Au cours de la réunion, des témoignages d’humanitaires ont permis de mesurer l’impact et l’importance d’une telle manifestation et de rendre compte du travail effectué en Afrique.

Des associations mobilisées aux côtés des s urs
Michel et Nicole Morel font partie de l’association SOS Familles qui vient en aide aux missions du Cameroun, grâce aux parrainages, aux diverses interventions et aux dons.

La scolarité des enfants, les hôpitaux et le centre de santé de Batouri et Yokadouma sont au centre des actions de l’association. «Cette année, 350 enfants sont inscrits à l’école grâce aux parrainages, a indiqué Nicole, ce qui a nécessité l’agrandissement de l’école Saint-Martin dont nous avons financé les travaux.»

Le docteur Théo Marteil et son épouse Marie-Antoinette, de l’association ASA (association solidarité Afrique) viennent de rentrer du Cameroun. Ils ont évoqué les difficultés administratives rencontrées sur le terrain mais surtout «les belles surprises» qui les attendaient.

«300 enfants fréquentent désormais l’école Louise-Lemarchand en maternelle (80 en 2007), 600 en primaire et 300 au collège. On est comblé d’autant plus que les Camerounais ont pris l’initiative de construire, eux-mêmes, une école maternelle. L’Asa recherche aujourd’hui 15 000 € pour financer les deux classes de Kentzou. À Batouri, deux bâtiments ont été construits à l’hôpital catholique. Ils nous demandent une salle de radio.»

Nicole Charpentier de la même délégation a noté : «La forte implication et la grande envie de bien faire des enseignants locaux.»
Un autre médecin, André Hélias partira à Salapoumbé à la mi-février. Il rejoindra s ur Geneviève, infirmière en pays pygmée.


Cameroun: des missionnaires s’activent pour la création des infrastructures)/n

Vos paris sportifs can 2019
1xbet
Zapping CAN 2019
À LA UNE
Sondage

Un candidat de l'opposition a-t-il une chance de gagner la présidentielle 2018 au Cameroun?

View Results

Loading ... Loading ...
Retour en haut
error: Contenu protégé