Politique › Institutionnel

Détournements de fonds présumés: Inoni Ephraim et Jean-Marie Atangana Mebara devant le juge

L’ex-Pm est accusé du détournement de plus d’un milliard de Fcfa en coaction notamment avec Jean-Marie Atangana Mebara

Inoni Ephraim ancien Premier Ministre au Cameroun est annoncé pour la première fois ce mercredi 20 février 2013, devant les juges du Tribunal Criminel Spécial (TCS). Celui qui a été un des proches collaborateurs du Président Paul Biya, doit répondre lui aussi, de faits présumés de détournements de deniers publics, entre 2001 et 2004, d’un montant de près de 1,4 milliard de Fcfa en coaction avec Jean-Marie Atangana Mebara, ancien secrétaire général de la présidence de la République. L’argent, selon les conclusions de l’instruction, représente un trop perçu non rendu, qui aurait résulté du transfert simultané par la Société nationale des hydrocarbures (SNH) et la Standard Chartered Bank des sommes respectives de 4 milliards de Fcfa et de 3,3 milliards de Fcfa. la somme devait servir au règlement, par l’Etat, des arriérés de loyers d’aéronefs dus par Cameroon Airlines à Ansett World Wide identifié comme une société écran. Les deux personnalités sont également poursuivies pour le détournement en coaction de 287 millions de FCFA, sur un marché public passé entre le ministère des Transports et Anset Portofolio Management (APM) toujours sur la même période. A leurs côtés sur le banc des accusés, Kevin Walls, directeur général d’APM et le directeur général-adjoint de sa représentation camerounaise, Hubert Otele Essomba. Ces deux chefs d’accusation ont été définitivement retenus le 17 janvier 2013 dernier par la TCS.

Jean Marie Atangana Mebara avait été arrêté en 2008 alors qu’Inoni Ephraïm lui sera pris en 2012. Pour bien comprendre ce qu’on reproche à l’ancien premier ministre et le décalage dans les arrestations, il faut s’intéresser à la société britannique Aircraft Portfolio Management(APM). En 2003, elle a été mandatée pour auditer les comptes de la défunte Camair, dont l’un des avions vient d’être saisi à Paris. Dans le même temps, APM s’est retrouvée à conseiller le gouvernement, notamment pour l’achat de l’appareil présidentiel, pour lequel d’autres personnes sont aujourd’hui en prison. Inoni Ephraim est alors secrétaire général adjoint de la présidence et c’est lui qui recrute APM. Dans certains développements, APM présentera monsieur Inoni Ephraim comme son président de conseil d’administration, une fonction que ce dernier a toujours nié avoir assumé. Lorsque l’affaire éclate dans les médias au Cameroun et que plusieurs médias demandent sa tête, l’ancien premier ministre plusieurs fois entendu jure n’avoir rien à voir avec cette affaire d’avion, qui suscite la colère présidentielle. Lorsqu’il est démis de ses fonctions en 2011, il décide de se faire oublier. Paul Biya ira même jusqu’à le désigner comme la personne ressource en charge de la gestion des cinquantenaires de la réunification. Lorsqu’il est convoqué devant le juge en Avril 2012, c’est en toute confiance qu’il arrive à Yaoundé. Il n’est plus rentré depuis lors dans son sud-ouest natal. Son procès pourrait aller très vite et certains pensent même qu’il peut être acquitté. Au contraire de Marafa, il est resté silencieux après son arrestation et n’a presque jamais fait parler de lui. De plus les nouveaux textes du TCS prévoient une procédure de « plaider coupable », qui permet une remise en liberté contre remboursement de tout ou partie des sommes détournées, tant que cela survient avant la fin du procès. Pour l’heure quelques personnes dont Yves Michel Fotso ont procédé à des restitutions de fonds. Si ce dernier a été déchargé dans une des affaires, il est toujours en prison pour certaines autres.

Inoni Ephraim et Jean-Marie Atangana Mebara devant le juge pour détournements de fonds présumés au Cameroun
afriqinter.com)/n
À LA UNE
Sondage

Un candidat de l'opposition a-t-il une chance de gagner la présidentielle 2018 au Cameroun?

View Results

Loading ... Loading ...
Retour en haut