Personnalités › Jeunes talents

Dieudonné FOKOU: Génie du plastique fondu

Professionnel d’art plastique, ce camerounais de 37 ans est animé par une passion folle pour son métier

Il n’aurait certainement jamais imaginé faire autre chose que la médecine après avoir obtenu son Bac D. Mais l’histoire ne lui a pas offert l’occasion de réaliser son rêve. Il s’est donc retrouvé en train d’arpenter les sentiers de l’art plastique. Dieudonné Fokou s’inscrit à la faculté des arts de l’université de Yaoundé I où il fait la rencontre de Jean Kouam Tawadje, un enseignant d’art plastique qui deviendra son mentor. Si les moyens ne permettent pas au futur artiste plasticien de se payer les études universitaires, Jean Kouam Tawdje va en effet lui offrir le moyen de suivre une formation pratique.

Mais en réalité, la fibre artistique de D Fokou s’est révélée depuis fort longtemps. En guise de cadeau à sa petite s ur lorsque celle-ci reçoit son baptême, l’enfant de Bamendjou avait réalisé une sculpture : une main venue du ciel qui donne une pièce d’argent à un enfant à genou. Il s’agissait pour lui d’annoncer à sa s ur, une nouvelle vie de prospérité. À la fac, il reçoit des éléments nouveaux pour créer ses uvres avec la sensibilité d’un professionnel. Il apprend donc de J K Tawadje la signification des couleurs et les lois de la composition. De Joseph Françis Sumegne, un autre mentor, il apprend que toute uvre d’art doit dégager une humeur pour attirer l’attention du public. Il profite de la disponibilité de ce dernier pour apprendre la peinture. C’est donc armé de ces formations qu’il réalise en professionnel avisé, une exposition en 1999 au Hilton hôtel de Yaoundé. À cette occasion, il vend son premier tableau et goûte pour la première fois au fruit de ses réalisations.

Il engrange par la suite des récompenses qui vont le motiver à poursuivre son aventure artistique. En 2000, son uvre « le pont de l’espoir » est primé au Centre de promotion sociale (Cps) de Mbalmayo au Cameroun. En 2005, une autre uvre intitulée « l’ultime prudence » retiendra l’attention du jury d’un concours international d’art.


journal du Cameroun)/n

Des ambitions encore plus grandes
Malgré ces prix et cette reconnaissance, Dieudonné Fokou n’a pas la grosse tête. Au contraire, sa tête fourmille d’ambitions. Il compte réaliser une exposition à Reine en France grâce au concours de son ami Luc Landry Ndjetchou, promoteur culturel, qu’il a rencontré en 1996. Ce dernier est par ailleurs l’auteur et compositeur d’un album musical dont la sortie officielle est annoncée. Son rêve le plus cher ? La mise sur pied d’un centre artistique dénommé « Positive Houses » dans lequel les jeunes qui s’intéressent à l’art plastique pourront recevoir des cours de formation. « Positive Houses » sera aussi équipé d’une unité de production et d’un studio d’enregistrement. Ce père de trois enfants qui vit dans une modeste maison à Yaoundé est particulièrement un homme heureux depuis quelques semaines. Il aura l’occasion d’exposer ses uvres aux côtés de Martine Quentric-Seguy, l’épouse du consul général de France au Cameroun. Un immense honneur qu’il compte exploiter à fond.
Pour une vie d’artiste, on ne peut pas dire de D Fokou que sa passion l’a égaré. Il est cependant difficile de vivre de son art, c’est pourquoi le génie du plastique fondu fait de la peinture en bâtiment pour assumer ses charges familiales. Mais que ne peut-on faire pour assouvir ses passions ? À 37 ans, le jeune plasticien espère que le meilleur est à venir.


journal du Cameroun)/n
À LA UNE
Sondage

Un candidat de l'opposition a-t-il une chance de gagner la présidentielle 2018 au Cameroun?

View Results

Loading ... Loading ...
Retour en haut