Société › Société

Distribution d’eau potable au Cameroun: Grosse campagne de communication du gouvernement

Le ministre en charge des questions d’eau a effectué une descente sur terrain avec à la clé une forte communication des médias publics

Deux jours de suite, Cameroon Tribune a fait des développements sur l’avenir très proche où les soucis d’accès à l’eau potable que connaissent les habitants de la ville de Yaoundé ne sera plus qu’un souvenir. Le projet de construction d’une station supplémentaire de potabilisation des eaux du fleuve Mefou est présenté comme le début de la réponse gouvernementale, avec comme attente, 50 000 mètres cubes d’eau à injecter dans le circuit de distribution. « Les travaux sont censés s’achever au mois d’août 2013. Donc à partir de ce moment nous aurons de l’eau à Yaoundé. Le barrage est avancé à 70%, le local des réactifs est avancé à 90%, la zone de traitement des boues est également avancée », a expliqué le ministre Basile Atangana Kouna en charge de l’eau et de l’énergie, selon des propos rapportés par CT. Un optimisme partagé logiquement par le Directeur Général de la CAMWATER, l’entreprise parapublique en charge de la construction des infrastructures liées à la distribution de l’eau potable au Cameroun. « Les équipements sont déjà acquis et normalement dans les bateaux. Ils seront à Yaoundé d’ici les mois de Mai et Avril pour qu’en Août, aussi bien le barrage que la station de traitement, soient fonctionnels » a déclaré pour sa part Jean William Sollo dans le même média. Satisfaction recueillie aussi chez les élus locaux. « Ce projet permettra certainement, après 50 ans, d’avoir enfin de l’eau chez nous », s’est exprimé pour sa part Jean Simon Ongola Ombga, le maire de la commune de Yaoundé 7.

Au-delà des annonces, l’action du ministre de l’eau semble être une réponse bien dosée à la crise qui a failli survenir en raison de ce que certains quartiers des forces de protection du président de la république n’avaient pas d’eau. Un fait qui transparaît dans les propos du ministre Atangana Kouna. Très rapidement on apprend que le chef de l’Etat a donné des instructions « fermes pour que les populations de Yaoundé en particulier et celles du Cameroun en général aient accès à l’eau potable ». Le ministre s’est aussi dédouané en faisant savoir que la construction des stations de potabilisation d’eau coûtait très cher et qu’il fallait mobiliser des gros financements. Un argument tout aussi difficile à cerner, lorsqu’on sait que tous les ménages connectés au réseau de distribution de la Camerounaise des Eaux aujourd’hui paient au moins des frais d’entretien de l’ordre de 400 francs CFA depuis de nombreuses années. Enfin les prévisions d’investissement dans la distribution de l’eau au Cameroun s’appuient sur des hypothèses et des statistiques qui datent de 2009. On en est toujours à dire que les besoins de Yaoundé sont de l’ordre de 300 000 mètres cubes par jour et que tous les projets bouclés, ce problème sera dépassé. Les statistiques gouvernementales ne sont pas contre expertisées et le gouvernement se refuse toujours à toute observation, sur un dossier qui en est arrivée à faire circuler l’idée d’une menace de soulèvement militaire dans le pays.

Une station va épurer l’eau de la Mefou
JDC)/n
À LA UNE
Sondage

Un candidat de l'opposition a-t-il une chance de gagner la présidentielle 2018 au Cameroun?

View Results

Loading ... Loading ...
Retour en haut