Education › Dotation

Distribution des ordinateurs : plusieurs étudiants toujours hors connexion

Remise symbolique d'ordinateurs PBHev par le Pr Jacques Fame Ndongo

Composante N°3 de la politique de gouvernance numérique, le projet « un étudiant un ordinateur » visait  en général à faciliter l’accès de plus de 90% d’étudiants camerounais au cyberespace mondial. Mais,  le cyber espace n’est toujours pas accessible à tous.

Plus de cinq ans après le début de la mise en œuvre du projet, une bonne catégorie d’étudiants travaille sans ordinateurs.  Une autre n’a accès à internet qu’à certains endroits dans les campus. C’est que, le réseau internet est en général réservé à l’administration et à certains personnels.

L’outil de recherche principal dans les campus demeure le téléphone portable. Surtout à cause du vieillissement chez beaucoup, des ordinateurs reçus du président de la République depuis 2017.

L’avènement du Covid-19 a accéléré l’élaboration des plateformes numériques d’échange de documents et de nouvelles, réparties en facultés, filières et niveaux dans les 08 universités d’Etat. En effet, pendant la trêve imposée par cette pandémie entre le 17 mars et le 1er juin 2020, certains enseignements ont été  dispensés via la messagerie WhatsApp. Pour défaut de connexion ou forfait internet, coupure de courant ou défaut de matériel adéquat, beaucoup ’étudiants ont raté des cours.

Or, la facilitation de l’accès des étudiants aux terminaux numériques est l’un des trois objectifs du projet E-National Higher Education Network (ENHEN). Le don de 500 000 ordinateurs de marque PBHev aux étudiants camerounais décidé en 2016 par le président Paul Biya s’inscrivait dans la mise en œuvre de ce projet. A terme, l’opération visait à faciliter l’accès des étudiants camerounais au cyberespace mondial. Pour ce faire, l’initiative  est censée répondre à quatre besoins essentiels de plus de 90% de la population estudiantine.

D’abord, le projet ENHEN visait à donner aux étudiants la possibilité de lire sans difficulté. Cette lecture intègre celle des ouvrages, documents numériques acquis dans le cyberespace. Y compris leurs propres productions scientifiques.

Ensuite, l’initiative allait faciliter la connexion à internet. Cette connectivité se fait en fonction des moyens que l’environnement offre aux étudiants. Il s’agit par exemple de la connexion à travers le wifi, les réseaux câblés, la clef internet.

Bien plus, à travers cette œuvre, le gouvernement voulait donner aux étudiants  camerounais les facilités dans la production de leurs propres documents scientifiques. Suite à la mise en œuvre du projet, les étudiants bénéficiaires pouvaient concevoir leurs mémoires, thèses et autres articles scientifiques à partir d’un outil facilitant ce type de travaux.


L’Info en continu
  • Cameroun
  • Afrique & Monde
Toute l’info en continu
À LA UNE


SondageSorry, there are no polls available at the moment.
Back top
error: Contenu protégé