Eco et Business › Finance

10 ans après l’annonce, le Cameroun engage l’automatisation des péages routiers

(c) Droits réservés

Le gouvernement a attribué le contrat de construction de 14 péages routiers au consortium Razel BEC-Egis Projects.

C’est en 2009 que le gouvernement camerounais a décidé de se doter de 14 péages automatiques. Dix ans après, le projet est sur le point de prendre commencer. Le groupement Razel-BEC-Egis projects a été désigné pour réaliser les travaux.

La sélection du groupement Razel-BEC-Egis project est le résultat d’un appel à manifestation d’intérêt lance en 2016 dans le but de désigner des entreprises devant accompagner le gouvernement camerounais dans le projet de modernisation de ses péages routiers.

Ledit consortium faisait partie d’une short-list de structures qui avaient été invitées à présenter à présenter leurs offres finales. Il s’y trouvait également le bloc formé par MTN et le Sud-africain Groupe five via sa filiale Intertoll Africa limited. Les deux structures avaient déjà lancé une série de communications sur les travaux qu’elles comptaient réalisés dans le pays en lien avec ce projet, notamment, la dématérialisation des paiements à l’aide des téléphones portables aux postes de péage.

Le consortium Razel-BEC-Egis projecs devra concevoir, financer, équiper, construire et maintenir les 14 premiers péages sur les 45 opérationnels au Cameroun. Ce sont notamment les postes de Nsimalen, Tiko, Boumnyebel, Edéa, Bayangam, Bafia, Mbanga, Mandjo, Bandja, Matazen, Nkometou, Foumbot et Bafou, etc.

 

 

Zapping CAN 2019
À LA UNE
Sondage

Un candidat de l'opposition a-t-il une chance de gagner la présidentielle 2018 au Cameroun?

View Results

Loading ... Loading ...
Retour en haut
error: Contenu protégé