Opinions › Tribune

« Docteur Ateba Eyene mérite des obsèques grandioses à la dimension du travail abattu »

Par Fernant Nenkam

Décès de l’écrivain ATEBA EYENE: Une étoile s’éteint à la fleur de l’âge
Consternation à l’annonce du décès de l’écrivain et homme politique ATEBA EYENE survenu au lendemain de la célébration des cinquantenaires de la Réunification à Buéa. Un événement triste qui justifie son absence dûment observée dans le reportage télévisuel. Zéro ombre de « bitomobitomo » celui qui a passé sa vie à remuer la merde.

ATEBA EYENE a joué des symphonies avec des messages forts sur la vie de la nation. Etait-il un modèle pour la jeunesse ? Etait-il craint ou respecté ? Par son « zèle », gênait-il certains membres de son parti, le Rassemblement Démocratique du Peuple Camerounais (RDPC) ou certains ressortissants de sa région natale ? Etait-il un anthropologue et fin psychologue ayant trouvé un filon pour se faire du fric sur le dos de son électorat ? Ce qui est constant, l’homme à la belle main, était très écouté et le restera pour longtemps. Le volume des ventes de ses livres sur des faits de société sont une illustration. Des faits qui selon lui, sont un frein à l’émergence du Cameroun. Son style était particulier. Il avait le verbe facile et véritablement à l’offensive. Il a mené, courageusement, un combat de l’intérieur du parti. Un parti qu’il aimait tant. Simplement, a-t-il été compris ?

Je pense que ATEBA EYENE avait fini, par la qualité de son travail et son franc-parler, par forcer l’admiration de nombreuses personnes. En même temps, il ne faisait pas l’unanimité sur sa pensée. Du coup, son décès a suscité moult commentaires au point de lui ôter l’immortalité au sens propre. Sous les chaumières, il n’est pas mort de sa propre mort. Une interprétation qui renvoie au décès du consultant de la CRTV Jean-Pierre Djemba en course probable à la présidence de la Fédération camerounaise de football ou du journaliste Pius Njawé, promoteur du groupe de presse Le Messager décédé accidentellement aux Etats-Unis en 2010. Un fait est constant tout au moins. Notre compatriote est mort dans un lit du Centre hospitalier universitaire de Yaoundé.

La quarantaine sonnée, Docteur ATEBA EYENE, veuf depuis 2009, mérite des obsèques grandioses à la dimension du travail abattu en si peu de temps d’une vie très mouvementée. C’est une étoile qui s’éteint. Pas au bon moment à cause de l’immensité du chantier. A qui le témoin bien que ce soit une succession difficile à assumer ?


A SAVOIR

- Les opinions et analyses présentées dans cette rubrique n'engagent que leurs auteurs et nullement la rédaction de Journalducameroun.com.

- JournalduCameroun.com n'est pas responsable des affirmations qui y sont présentées et se réserve le droit de modifier ou de retirer un article qui diffamerait, insulterait ou contreviendrait au respect des libertés publiques.

À LA UNE


SondageSorry, there are no polls available at the moment.
Back top
error: Contenu protégé