Opinions › Tribune

Donald Trump et pas Hillary Clinton: quelles leçons pour l’Afrique?

Par Jean-Claude Ndjamen, Journaliste

« Douche froide » « Coup de théâtre » avec la victoire de Donald Trump. Voilà ce que disent quelques analystes. Un monde s’effondre, tout le monde tombe des nues et tout ceci parce que le monde refuse de voir la réalité. Lorsque toute la classe ouvrière vote pour Trump qui plus est, est patron et républicain c’est un message que les laissés pour compte donnent au monde. Arrêtons de dire que la victoire de Trump fait des Américains des racistes.

Que des peuples se lèvent pour eux, pour leurs droits bafoués par des oligarques ne doit plus surprendre. Il faut juste que des leçons en soient tirées par celles et ceux qui règnent trop longtemps. Ça ne peut pas être que les mêmes. Le changement politique peut être anxiogène parce qu’il est inconnu et qu’il raconte des bévues mais honnêtement qui peut croire qu’il mettra en uvre une politique de chasse aux autres, aux gens différents, qui peut le croire? Avec quels moyens pourra-t-il chasser 12 millions de sans-papiers qui travaillent d’ailleurs pour la plupart chez des patrons républicains ?

On a peur qu’il construise un mur à la frontière avec le Mexique ? Où prendra-t-il 25 millions de dollars pour mettre en uvre ce projet ? Un vote démocratique doit être salué et la démocratie suppose le respect des électeurs et donc de leurs choix électoraux. Je voudrais précisément demander aux Africains d’en tirer des leçons pour donner corps à leur vote, pour donner un sens à leur vote, pour avoir une opinion politique, la capacité électorale. Qu’y-a-t-il de mal à ce que Clinton qui fut épouse de Clinton ancien gouverneur et président qui a déjà régné soit effacée pour un autre qui jamais n’a été au pouvoir.

C’est bien la preuve que la démocratie permet la mobilité sociale. Essayons les autres. 20 ans, 34 ans, 40 ans les mêmes au pouvoir dans beaucoup de pays. Je ne souffrirais pas de la défaite de Clinton même si paradoxalement je me sens plus proche des démocrates. Le pouvoir indiquerait à Trump que le monde ne se fait par une seule personne fut-il Président des Etats-Unis. Il ne pourrait construire son fameux mur pour opposer aux Mexicains leurs velléités migratoires. Beaucoup de ces déclarations salaces appartiendront au passé dès lors que l’exercice du pouvoir l’éprouverait.

L’Afrique devrait avoir tiré des leçons depuis l’élection de Obama. Le Président des Etats-Unis est celui des Etats-Unis. A eux de prendre leurs destinées en main dans leurs pays respectifs.

Donald Trump s’adresse à ses partisans après l’annonce de sa victoire le 9 novembre 2016 à New York.
Droits réservés)/n
A SAVOIR

- Les opinions et analyses présentées dans cette rubrique n'engagent que leurs auteurs et nullement la rédaction de Journalducameroun.com.

- JournalduCameroun.com n'est pas responsable des affirmations qui y sont présentées et se réserve le droit de modifier ou de retirer un article qui diffamerait, insulterait ou contreviendrait au respect des libertés publiques.

À LA UNE
Sondage

Un candidat de l'opposition a-t-il une chance de gagner la présidentielle 2018 au Cameroun?

View Results

Loading ... Loading ...
Retour en haut