CultureCulture › Arts visuels

Douala Bercy se mue «aussi» en salle de cinéma

Les cinéphiles pourront désormais s’y rendre tous les dimanches pour des projections cinématographiques

Objectif, réveiller le cinéma camerounais
La bonne nouvelle a été annoncée ce mercredi 27 juillet 2011 par Joseph Siewe en personne. Lui, c’est le président directeur général dudit espace, l’une des salles de spectacle les plus prisées de la cité économique. Ce dernier était face à la presse à Douala, avec à ses côtés Alphonse Béni, cinéaste camerounais de renom et porteur de ce projet. Il s’agit en effet d’un compromis qui été trouvé entre le responsable de l’espace Douala Bercy et ce réalisateur, pour que les cinéastes camerounais puissent désormais projeter gratuitement leurs films dans cette salle. Avant il fallait louer la salle, mais le PDG l’a cédé gratuitement aux cinéastes pour qu’ils passent leurs films fait-il savoir. Pour le PDG, il s’agit de réveiller le cinéma camerounais. C’est de permettre aux cinéastes camerounais de reprendre confiance en sachant qu’il y a une salle de cinéma dans laquelle ils peuvent diffuser leurs uvres si elles sont les meilleures. Car il ne suffit pas de rester à la maison devant son ordinateur, comme la technologie est avancée et composer n’importe quoi pour venir projeter à Douala Bercy. Nous donnons la possibilité aujourd’hui aux cinéastes de venir prouver de quoi ils sont capables.

Un couteau à double tranchant ?
Pour un début, les projections se feront uniquement les dimanches et dans un avenir proche, les lundis et mardis. Les films, longs métrages de préférence, seront projetés en plusieurs temps, de 700 à 1000 Fcfa les après midis et de 1500 à 2500 Fcfa en soirée et nuit. Le procédé est simple, le cinéaste qui a son film le dépose à Douala Bercy, le comité de sélection de Douala Bercy visionne le film et s’il est bon, il donnera son accord et le film sera programmé explique Alphonse Béni. Précision tout de même, le film devrait au préalable avoir un visa d’exploitation au Cameroun, délivré par le ministère camerounais de la Culture. Et une fois qu’un film est sélectionné, il revient à son réalisateur d’en assurer toute la communication nécessaire pour attirer le public prévient les porteurs du projet. Car je ne peux pas donner la salle et supporter en plus les charges. Douala Bercy devra aussi jouir des revenus. De la même manière qu’ils vont gagner il faudra que Douala Bercy aussi gagne quelque chose pour l’entretien de la salle. C’est gratuit sous la forme où vous n’avez plus besoin de venir payer pour diffuser. Et c’est justement là où le bas pourrait blesser, les cinéastes s’interrogeant encore sur le pourcentage qui sera retenu sur leurs différentes entrées. A ce propos, monsieur Siewe laisse entendre que cela se négociera au cas par cas, car les films ne sont pas les mêmes et les cinéastes n’ont pas tous les mêmes conditions financières.

Re-convaincre les cinéphiles
Quoi qu’il en soit, l’initiative est tout de même bien partie pour réjouir les cinéphiles, eux qui depuis la fermeture des dernières salles de cinéma au Cameroun, s’étaient déjà habitués tantôt au câble, tantôt aux DVD qu’ils s’arrachent à moindres coûts dans les rues. Le grand défi sera donc à ce niveau, convaincre et ramener les cinéphiles dans les salles, en espérant que l’initiative sera pérennisée et surtout soutenue par les autorités gouvernementales et le ministère de la Culture en particulier espère Joseph Siewe. A noter que le concept devrait s’ouvrir dans les mois à venir aux films venus d’ailleurs, d’Afrique, d’Europe et de partout du monde entier.

Douala Bercy se mue en salle de cinéma
Journalducameroun.com)/n



À LA UNE


SondageSorry, there are no polls available at the moment.
Retour en haut
error: Contenu protégé