› Eco et Business

Douala: le Chantier naval et industriel du Cameroun se porte mal

Le mouvement d’humeur des personnels qui réclament le salaire impayé du mois de décembre paralyse le fonctionnement des activités du CNIC

Lassés d’attendre la promesse de la hiérarchie et de ne pouvoir passer de belles fêtes de fin d’année, les manifestants demandent, depuis presque une semaine, l’amélioration de leurs conditions de travail et le paiement des arriérés de salaires.

En effet, ils exigent que la direction générale puisse procéder à l’apurement des arriérés et règle définitivement le problème de l’accès à la sécurité sociale de tous les employés.

Aux dernières nouvelles, la tension qui opposait les deux parties a trouvé un dénouement heureux grâce à une réunion de crise tenue par le Sous-préfet de Douala 1er. Désormais, les employés peuvent se rendre dans leur différente banque et toucher leur salaire.


Droits réservés)/n


L’Info en continu
À LA UNE


SondageSorry, there are no polls available at the moment.
Back top
error: Contenu protégé