Politique › Institutionnel

Double attentat-suicide dans l’Extrême-Nord: au moins 30 morts comptés

Selon des sources militaires, la localité de Kerawa, une ville frontalière avec le Nigéria, a été, jeudi matin, l’objet de deux attentats-suicide attribués à la secte islamiste nigériane Boko Haram

La localité camerounaise de Kerawa, une ville frontalière avec le Nigéria située dans l’Extrême-Nord du pays, a été, jeudi matin, 03 septembre 2015, l’objet d’un double attentat-suicide attribué à la secte islamiste nigériane Boko Haram. Selon des sources militaire et policière, au moins 30 personnes ont été tuées.

Le premier attentat, survenu aux environs de 11h00 locales (10h00 GMT) au marché de la ville, a fait plusieurs morts et blessés dont le nombre n’avait pas encore été déterminé en mi-journée.

Selon des sources qui ont requis l’anonymat, peu après la première explosion, une « deuxième explosion a eu lieu à 200 mètres du camp militaire », a précisé à l’AFP un policier, toujours sous couvert de l’anonymat. Alors que les blessés étaient évacués à l’infirmerie du Bataillon d’intervention rapide (BIR, unité d’élite de l’armée), une jeune femme qui se passait pour une accidentée s’est à son tour faite exploser.

Pour ce second attentat à la bombe, des sources locales faisaient déjà état d’une dizaine de morts et d’une centaine de blessés.

La nuit d’avant, cette fois dans la localité de Doublé, une incursion également attribuée à Boko Haram a fait trois morts dont le chef du village, les assaillants ayant par ailleurs emporté du bétail.

Selon le directeur de publication du bihebdomadaire régional L’ il du Sahel, Guibaï Gatama, 10 membres de la secte, armés de fusils AK 47, ont ensuite été arrêtés dans la matinée par les forces camerounaises et tchadiennes aux environs de la ville de Fotokol, située à un jet de pierre du lieu de l’assaut.

En juillet dernier, Cinq attentats-suicide, attribués aux islamistes nigérians du groupe Boko Haram ont frappé la même région, faisant une cinquantaine de morts et plus de 100 blessés.

Le Cameroun est engagé dans une coalition régionale de lutte contre Boko Haram aux côtés du Nigeria, du Tchad, du Niger et du Bénin.

L’Extrême-Nord, frontalier du Nigeria et du Tchad, est depuis deux ans la cible régulière de raids meurtriers, d’enlèvements et désormais d’attentats-suicide, jusque-là inédits dans ce pays, menés par Boko Haram.


Droits réservés)/n


L’Info en continu
  • Cameroun
  • Afrique & Monde
Toute l’info en continu
À LA UNE


SondageSorry, there are no polls available at the moment.
Back top
error: Contenu protégé