Opinions › Tribune

Douze ans de délestage et ça continue : AES Sonel, vendeur d’illusions

Charles NGAH NFORGANG

Monnaie courante au Cameroun depuis plus d’une décennie, les délestages avaient connu à la fin du mois de mars et au début du mois d’avril une relative accalmie. Et voici qu’ils sont repartis de manière plus violente. Il ne se passe plus un jour au Cameroun sans que des quartiers ou villages entiers ne soient sevrés du courant électrique pendant de nombreuses heures. Les dégâts sont énormes. Des incendies, parfois causés par le retour brusque de l’électricité ravagent des marchés, des commerces et des habitats sur l’ensemble du territoire camerounais. Des entreprises partent en fumée. Des morts sont enregistrés. Les usagers domestiques subissent un inconfort intolérable. Des équipements électro ménagers pètent les plombs. Les maladies causées par les piqûres de moustiques gagnent du terrain. Les patients et le personnel médical souffrent dans les hôpitaux .Pris dans son propre piège et en flagrant délit de mensonge, AES Sonel ne daigne plus annoncer les programmes de rançonnement.

En effet, l’opérateur AES Sonel avait annoncé à grand renfort de publicité la fin des délestages avec l’entrée en service de la centrale à gaz de Kribi. Laquelle centrale n’aura fonctionné que pendant le temps imparti pour une publicité mensongère. Que de journalistes, de leaders de la société civile, d’hommes politiques.conduits en ce lieu par le groupe AES pour apprécier et célébrer ce joyau architectural qui aura englouti près de 200 milliards de Fcfa. Et voilà que quelques jours seulement après sa mise en service, elle est obligée d’arrêter de fonctionner, faute de licence d’exploitation. Il ne s’agit ni plus ni moins que d’une provocation de trop. La KPDC, présentée comme propriétaire de la centrale à gaz de Kribi est une excroissance du group AES. Elle devait ainsi produire de l’énergie qu’elle revend à AES Sonel, une autre société du groupe AES, chargée de la revendre cette fois aux consommateurs. Comment justifier que le préalable de la licence d’exploitation n’ait pas été réglé avant l’entrée en service de la centrale à gaz de Kribi ? L’Etat du Cameroun, qui détient par ailleurs encore 44% des actions de AES Sonel continue de briller par un silence complice. Le consommateur, comme toujours paie le plus lourd tribu, obligé de payer des factures exorbitantes en totale contradiction avec la qualité du service offert. Bien plus, AES Sonel n’hésite pas à suspendre systématiquement la fourniture d’électricité à tout consommateur qui ne paie pas sa facture mensuelle à la date limite de paiement. L’Arsel, gendarme du secteur et garant des intérêts des consommateurs n’inflige aucune sanction à AES Sonel.

L’heure est à l’action. Les consommateurs de l’électricité doivent dire non à cette injustice, à cette provocation de trop qui dure depuis bientôt douze ans. Le RACE commande à AES Sonel de cesser de tourner en dérision les consommateurs. Les pouvoirs publics doivent sanctionner AES Sonel pour ses manquements.
Si aucune mesure n’est prise dans les prochains jours par le gouvernement pour réparer ces injustices, le Race prendra toutes ses responsabilités. Nous nous réservons le droit d’entreprendre conjointement toute action nécessaire, y compris le boycott du paiement des factures d’électricité et des manifestations de rue devant la direction générale et toutes les agences AES Sonel pour faire respecter les droits des consommateurs.

L’accès à l’énergie est un droit essentiel et inaliénable !
Fait à Douala, le 03 mai 2013

Charles NGAH NFORGANG
journalducameroun.com)/n
A SAVOIR

- Les opinions et analyses présentées dans cette rubrique n'engagent que leurs auteurs et nullement la rédaction de Journalducameroun.com.

- JournalduCameroun.com n'est pas responsable des affirmations qui y sont présentées et se réserve le droit de modifier ou de retirer un article qui diffamerait, insulterait ou contreviendrait au respect des libertés publiques.

À LA UNE
Sondage

Un candidat de l'opposition a-t-il une chance de gagner la présidentielle 2018 au Cameroun?

View Results

Loading ... Loading ...
Retour en haut