Opinions › Tribune

Dr Corantin talla pour l’alternance en 2018 au Cameroun

Par Dr Corantin Talla

Cher(e)s compatriotes ex-membres du Parlement des Étudiants Camerounais, reste(e)s au pays ou disséminé(e)s partout dans le monde. J’ai bien reçu vos appels au soutien à ma candidature et vous adresse mes sincères remerciements. Votre soutien sans faille à ma candidature, qui est aussi la votre, ne m’a pas surpris dans la mesure ou c’est ensemble que :

1. Nous avons lancé un mouvement d’envergure le 02 avril 1991 pour demander l’amélioration de conditions de vie des étudiants en particulier et des Camerounais en général.

2. Nous avons subi les humiliations et tortures, les viols et assassinat de la soldatesque du régime de Paul Biya et une milice tribale aux ordres qui n’hésitaient pas à l’occasion de vous demander de chanter « Ton CEPE dépasse mon BAC ».

3. Nous avons déclaré l’opération campus mort après l’assaut du 05 Mai 1991 sur Bassora par la soldatesque de Paul Biya et des milices tribales, afin de vous permettre de rejoindre vos familles respectives et éviter que les éléments du régime de Biya ne nous massacre davantage.

4. Nous nous sommes indignés quand des soldats accompagnés de certains éléments de la milice tribale d’autodéfense ont déshabillé et trainé toute nue une compatriote du parlement de Bonamoussadi au Mateco, le 05 Mai, 1992. Par ailleurs, ce soutien ne me surprend pas quand je sais que, par exemple :

1. A chacune de mes 4 arrestations, tortures, emprisonnement, respectivement au SED, au commissariat de sécurité publique, et a la prison centrale de Bafoussam tout simplement parce que je portais le flambeau de notre lutte commune, vous vous êtes mobilisés comme un seul homme pour ma libération.

2. Durant la période ou 2 autres camarades leaders et moi étions exilés a la Communauté Économique Européenne (CEE) afin d’attirer l’attention de la communauté internationale sur les massacres qui se déroulaient au campus, vous avez apporté votre soutien jusqu’à notre sortie de l’exil intérieur.

Près de 25 ans après le lancement de notre lutte, le régime de Biya est toujours là et continue a paupériser notre peuple. Certes certains d’entre vous sont devenus des officiers, médecins, avocats, cadres de l’administration, hauts fonctionnaires, journalistes, exilés politiques, hommes d’affaires etc… Mais beaucoup d’entre vous qui avez obtenu vos diplômes universitaires n’ont pas eu la même mobilité sociale. Le régime de Biya vous a transformé en vendeurs de livres dans la rue, en mototaximen, en feymen, en chômeurs, etc.

Face à ce constat douloureux, j’appelle à la solidarité générationnelle de tous les ex-parlementaires, officiers, cadres, mototaximen chômeurs, ou exiles politiques afin que nous puissions ensemble parachever la lutte pour le bien-être de notre peuple que nous avions initiée ensemble le 02 Avril 1991 en contribuant à l’alternance au pouvoir en 2018 ou avant.

Mobilisez, conscientisez autour de vous pour ma candidature car ma modeste personne demeure votre serviteur en particulier et celui du peuple en général. Joignez-vous tous la campagne « Dr Corantin Talla 2018 » dans le groupe Facebook éponyme. Créez des groupes de soutien sur les réseaux sociaux, mobilisez sur le terrain, et disséminez nos idées progressistes et réformatrices.

Enfin, j’interpelle les jeunes camerounais de suivre l’exemple de courage, de patriotisme, et d’abnégation des « Parlementaires » des années de braise afin que nous puissions obtenir les reformes électorales et l’alternance au pouvoir en 2018 ou avant.

Vous serez informés dans quelques mois au sujet du parti ou la coalition de partis et associations pour lesquels je présenterai officiellement ma candidature. Pour le moment je suis le candidat de Conscience du Cameroun.


Droits réservés)/n


A SAVOIR

- Les opinions et analyses présentées dans cette rubrique n'engagent que leurs auteurs et nullement la rédaction de Journalducameroun.com.

- JournalduCameroun.com n'est pas responsable des affirmations qui y sont présentées et se réserve le droit de modifier ou de retirer un article qui diffamerait, insulterait ou contreviendrait au respect des libertés publiques.

À LA UNE


SondageSorry, there are no polls available at the moment.
Retour en haut

error: Contenu protégé