Personnalités › Success Story

Dr. Pare Daouda: Universitaire et arbritre international

Il a fait se sa passion pour le volley-ball, une deuxième profession

S’il est vrai que le Dr. PARE DAOUDA est d’abord enseignant de formation, il a comme tout le monde une passion, le Volleyball. Puisque je ne fume pas, je ne bois pas, c’est le sport qui est ma seule distraction. Ainsi commence notre entretien avec le Dr. PARE DAOUDA qui tente d’expliquer comment il est devenu arbitre international de volley-ball. Un esprit sain dans un corps sain pourrait-on dire. L’histoire peut pourtant paraître anodine. Tout commence en effet dès sa sortie de l’Ecole Normale Supérieure de Yaoundé en 1993 lorsqu’il est affecté au Lycée de Bogo dans le Diamaré comme Professeur de français. C’est dans ce lycée qu’il flirte avec le volley-ball pour la première fois. En 1997, il est promu censeur au Lycée classique de Maroua où il trouve une équipe de volley-ball plus structurée.

De fil en aiguille, il va faire ses premiers pas dans l’arbitrage jusqu’en 2006 où la fédération camerounaise de volley-ball le sélectionne parmi les meilleurs arbitres de volleyball du Cameroun, et l’envoie suivre un stage international organisé par la FIVB (Fédération internationale de volleyball) à Casablanca au Maroc. Il est, par la suite élu membre du conseil d’administration de la fédération camerounaise de volley-ball ; Premier vice-président de la ligue Régionale de volley-ball de l’Adamaoua et Président du Vétérans Volleyball Club de Ngaoundéré. Mais monsieur Pare ne consacre pas tout son temps, pour autant, exclusivement au volleyball ; il est d’abord et avant tout un universitaire accompli.

Né le 07 juin 1965 à Marapndoum par Foumban, le Dr. PARE DAOUDA est de confession religieuse musulmane, de l’ethnie bamoun dans le département du Noun, Région de l’Ouest-Cameroun. Il fait ses premiers pas sur le chemin du savoir à l’Ecole publique de son village, d’où il sort nanti de son CEPE en 1975. Il va continuer ses études secondaires au Lycée Sultan Ibrahim Njoya de Foumban où il obtient le BEPC, le certificat de probation et le baccalauréat A4 respectivement en 1981, 1983 et 1984. Il entre ensuite à l’ancienne Université de Yaoundé où il s’inscrit à la Faculté des Lettres et sciences humaines. En 1987, il décroche sa Licence en Lettres, puis la Maîtrise un an plus tard. Cela lui permet de prendre une inscription en année de Diplôme d’Etudes Approfondies (DEA), option Littérature française, qu’il obtient en 1989. Il entre ensuite à l’Ecole Normale Supérieure de Yaoundé où il obtient le Diplôme de Professeur de l’Enseignement Secondaire Deuxième grade (DIPES II) en 1993. Au courant de la même année, il soutient sa thèse de doctorat de 3è cycle en littérature française dont le sujet est Georges Perec : une lecture de La Disparition et La vie mode d’emploi. Sur le plan professionnel, le Dr. PARE DAOUDA a eu à occuper de nombreux postes de responsabilité. Censeur au Lycée classique de Maroua entre 1997 et 2000 ; Inspecteur pédagogique provincial de français pour l’extrême-Nord de 2000 à 2001 ; Enseignant de littérature française au département de français à la Faculté des Arts, Lettres et Sciences Humaines (FALSH) de l’Université de Ngaoundéré depuis 2001 ; Et depuis 2005, il est chef de service de la coopération dans la même institution universitaire.

Dr Pare Daouda
Journalducameroun.com)/n

Sur le plan scientifique, le titre de la dernière parution du Dr. PARE DAOUDA est Littératures et déchirures, ouvrage publié en collaboration avec Clément Dili Palaï en 2008 aux éditions l’Harmattan. Reste encore dans ses tiroirs un ouvrage inédit intitulé Le français au Lycée. Pratiques et méthodes. C’est plutôt dans le domaine des uvres de fiction que les chantiers sont énormes : Des amants d’autrefois; Accord perdu; l’Ecorché; Tempêtes du c ur, autant de recueils de poèmes et de romans encore inédits ou en cours de production. Il a également à son actif une quinzaine d’articles publiés dans des revues nationales et internationales. Le Dr. PARE DAOUDA est membre de plusieurs sociétés savantes, et c’est avec un brin de fierté qu’il raconte ses rencontres internationales, particulièrement celles qu’il fait quelques fois au siège de l’Association Georges Perec, dont le siège est à la Bibliothèque de l’Arsenal, 1, rue de Sully, Paris.
Marié et père de cinq enfants, le Dr. PARE DAOUDA veut affirmer la dimension plurielle de l’homme, sa capacité à concilier vie familiale, vie professionnelle et loisir. Sa sobriété dans la vie, sa simplicité et la grande passion qui l’animent l’amènent à rêver comme tout sportif: Participer, un jour ou un autre, aux Jeux Olympiques. Pour lui, ce sera certainement comme Arbitre de volleyball. Souhaitons-lui bon vent !

Arbitre Pare Daouda
Journalducameroun.com)/n
À LA UNE
Sondage

Un candidat de l'opposition a-t-il une chance de gagner la présidentielle 2018 au Cameroun?

View Results

Loading ... Loading ...
Retour en haut