Politique › Institutionnel

Drame d’Eseka: la commission d’enquête a 30 jours pour rendre son rapport

Créée mardi et constituée de membres du gouvernement, elle a pour mission de révéler les causes du déraillement survenu dans la matinée du 21 octobre. Pas d’enquête parlementaire

Un décret portant création d’une commission d’enquête sur l’accident ferroviaire survenu le 21 octobre 2016 à Eseka, sept articles fixant ses modalités. Signé du président de la République du Cameroun Paul Biya, et lu sur les ondes de la radio publique nationale ce mardi, ledit décret désigne, en son article 2, le chef du gouvernement, Philémon Yang, président de la commission d’enquête.

Trente jours : c’est le temps que le chef de l’Etat vient d’accorder au Premier ministre et à son équipe pour mettre en lumière les causes du drame survenu sur les rails à Eseka vendredi, 21 octobre. Il s’agit du déraillement du train 152 en partance de Yaoundé pour Douala, qui selon le dernier bilan du gouvernement, a fait près de 80 morts et 600 blessés.

Aux côtés de Philémon Yang, le ministre d’Etat, ministre de la Justice; le ministre de l’Administration territoriale et de la Décentralisation, le ministre délégué à la Présidence chargé du Contrôle supérieur de l’Etat, le Secrétaire d’Etat à la Défense chargé de la gendarmerie nationale, le délégué général à la Sûreté nationale, sont membres de la commission d’enquête. Rapporteur désigné pour la circonstance, le Secrétaire permanent du Conseil national de sécurité.

Le ministre des Transports, Edgar Alain Mebe Ngo’o, qui est indexé depuis l’accident comme celui qui aurait donné des instructions pour que Camrail augmente ses voitures, n’a pas été associé à l’enquête.

L’enquête ne sera donc pas dévolue au Parlement, comme réclamé par certains députés de l’opposition, à l’instar de Jean Michel Nintcheu.

Ainsi formée par le chef de l’Etat, ladite commission a pour mission de déterminer les causes de cet accident ferroviaire, mais aussi « proposer les mesures visant à limiter les risques de survenue d’une telle catastrophe à l’avenir, établir les responsabilités y afférentes, évaluer la gestion de cette catastrophe, l’assistance aux victimes et faire toute proposition pertinente y afférente », précise le décret présidentiel, en son article 3. Au terme des investigations, le rapport final devra être transmis au président Paul Biya.

Il est à noter que « toute personne susceptible de contribuer à la manifestation de la vérité » pourra être entendu par la commission en temps opportun, dans le cadre de cet enquête dont « les dépenses seront prises en charge par le budget de l’Etat ».

Des rescapés du déraillement du train 152, vendredi 21 octobre 2016
Droits réservés)/n

À LA UNE
Sondage

Un candidat de l'opposition a-t-il une chance de gagner la présidentielle 2018 au Cameroun?

View Results

Loading ... Loading ...
Retour en haut
error: Contenu protégé