› Eco et Business

Dschang: l’agence municipale de gestion des déchets entre en fonction

Le plan d’action et le budget de l’année 2016 de cette institution ont été validés le 19 février 2016 à l’issue du tout premier conseil d’administration. Cet établissement est le 1er au Cameroun

L’agence municipale de gestion des déchets de la commune de Dschang (AMGED) peut désormais se déployer. Son budget et son plan d’action de l’année 2016 ont été adoptés le 19 février 2016, à l’issue de son tout premier conseil d’administration. Le maire, Beaudelaire Donfack, a présidé ces assises dans la salle des actes de l’institution qu’il dirige. Le directeur de l’agence, Barthélemy Ndonsong, rapportait les questions inscrites à l’ordre du jour. Le budget a été arrêté à la somme de 83 215 085 FCFA.

L’AMGED de la commune de Dschang a été créée le 24 juillet 2015, par délibération du conseil municipal. D’après son directeur, elle pour mission [I « d’assurer la gestion durable et participative de tous à l’assainissement, l’hygiène et la salubrité dans la commune de Dschang »]. Sa mise sur pied obéit à une recommandation de l’Union européenne, Nantes métropole, Gevalor et autres partenaires. Ceux-ci financent le projet de maîtrise de la gestion, du traitement et de la valorisation des déchets solides municipaux dans la commune de Dschang (MaGeTV). L’agence se veut donc une structure de pérennisation de ce projet calibré sur quatre années, et qui prendra fin en 2018.

Quatre grands axes constituent le cahier de charges de l’AMGED pour l’année 2016. Il s’agira, pour le directeur et son équipe de : coordonner la mise en uvre du schéma directeur en matière de gestion des déchets dans la commune ; développer la pré-collecte participative sur le territoire communal ; suivre le décaissement des dépenses du projet MaGeTV ; préparer le plan d’action le budget 2017 et le transfert des compétences de la commune vers l’agence ; assurer la coordination entre les attentes et les actions entreprises en matière de gestion des déchets solides ménagers.

Comité de pilotage
Dans la matinée du 19 février 2016, bien avant le conseil d’administration de l’AMGED, une session du comité de pilotage du projet MaGeTV a eu lieu. D’un montant global de 700 000 euros (459 169 900 FCFA) sur la période (2014- 2018), il est financé, en plus des bailleurs internationaux déjà mentionnés plus haut, par l’agence métropolitaine de gestion des déchets de Paris (SICKTOM). Les travaux ont constitué en l’évaluation de la feuille de route depuis le lancement du projet en décembre 2014.

De décembre 2014 à février 2016, le projet MaGeTV devait permettre de collecter 25 % des déchets produits à Dschang, soit 6 695 tonnes. Le chiffre de 24.86 % a été atteint, soit une amélioration de 3.86 % par rapport à 2014. Le schéma directeur de gestion des déchets dans la commune pour la période 2015 – 2035 a été adopté le 12 août 2015.
Pour ce qui est de la valorisation, les objectifs ont été atteints à 65 %. Joël Sagne, le responsable de ce pôle, a souligné que 1130 tonnes de déchets ont été traités sur la plateforme aménagée au quartier Ngui sur la période évaluée. Ce qui a permis d’obtenir 80.8 tonnes de compost, un engrais biologique pour l’agriculture, commercialisé à 2 000 FCFA le sac de 50 kilogrammes. Cette quantité n’a pu permettre de satisfaire que 30 % de la demande. Les recettes générées par la commercialisation de ce produit sont évalués à 1 900 000 FCFA. D’ores et déjà, le projet emploie 25 personnes, dont 19 sur la plateforme de compostage.

Perspectives
Les responsables du projet MaGeTV et le directeur de l’AMGED annoncent de meilleurs résultats pour l’année 2016. Pour les déchets produits dans la commune de Dschang, les prévisions de collecte sont fixées à 28 %, soit 7 764 tonnes. En ce qui concerne le compost, il est prévu d’en doubler la production, afin d’être capable de satisfaire la demande. Les différents participants à ce comité de pilotage ont montré leur optimisme, lequel s’appuie sur : une amélioration en cours des infrastructures sur la plateforme de traitement des déchets du quartier Ngui, la construction en cours d’une plateforme plus grande au quartier Sinteu, la sensibilisation prévue des ménages aux bonnes pratiques de gestion des déchets, le développement programmé de mille compotières familiales.

Au bout de l’année 2018, le projet MAeGeTV, que devra conduire l’agence municipale de gestion des déchets, va permettre à la commune de Dschang d’avoir : une capacité de traitement par compostage de 10 000 tonnes de déchets par an, la production et la vente de 1800 tonnes de compost par année, 44 000 crédits carbone sur 10 ans. Notons que le compost, pour son aspect naturel et enrichissant pour le sol, est demandé en grande quantité par les agriculteurs de la Région de l’Ouest. Pour toucher du doigt les réalités du terrain, tous les membres de la délégation ont effectué une visite de la plateforme de Ngui. Entre autres personnalités, l’on y a noté la présence de : Pascal Retière, directeur de Compostri de Nantes métropole, Fabienne Titti, représentante de la délégation de l’UE au Cameroun. Tous s’accordent à dire qu’en matière de coopération internationale décentralisée, Dschang est un exemple à suivre.

Les participants aux travaux de la commune de Dschang.
JDC le 26/02/2016)/n

Zapping CAN 2019
À LA UNE
Sondage

Un candidat de l'opposition a-t-il une chance de gagner la présidentielle 2018 au Cameroun?

View Results

Loading ... Loading ...
Retour en haut
error: Contenu protégé