Société › Société

Dur dur d’être handicapé!

L’on a encore du mal à les intégrer dans la société

Le Cameroun, de concert avec la communauté internationale, a célébré ce jeudi 03 décembre 2009 la journée internationale des personnes handicapées. Le thème de cette année est assez évocateur: «Objectifs du millénaire (ODM) : Capacitation des personnes handicapées et de leur communautés dans le monde entier ». Un thème sans doute inspiré du constat selon lequel ces personnes sont malheureusement victimes de stigmatisation et de marginalisation dans notre société.
A l’occasion de cette journée, l’Organisation Mondiale de la santé (OMS) fait savoir qu’environ 10% de la population mondiale, soit 650 millions d’habitants de la planète vit avec des incapacités. Parmi les personnes handicapées, 80 % soit plus de 400 millions vivent, dans des pays pauvres, les moins bien équipés pour répondre à leurs besoins. Cette journée est l’occasion de mener des réflexions sur comment intégrer les handicapés à la réalisation des objectifs du millénaire pour le développement. Même si des efforts sont faits, il demeure que les personnes handicapées, notamment au Cameroun sont toujours confrontées à de nombreuses difficultés en matière de soins médicaux, d’emploi et d’intégration sociale.

Quelques difficultés que rencontrent les handicapés
L’on peut tout d’abord citer l’inadaptation des structures. Notre pays est certes un pays envoie de développement, ce qui pourrait quelque part justifier les problèmes structurels auxquels sont confrontées les personnes handicapées. C’est en général, un problème d’accessibilité aux différents immeubles. Certaines structures administratives sont logées dans des immeubles sans ascenseur, d’autres sont entièrement impraticables pour les handicapés. C’est ainsi qu’on trouve par exemple des bureaux du service social au premier étage d’un immeuble, pourtant celui-ci est supposé recevoir des personnes ayant un handicap. Le cas du service social du commissariat du neuvième arrondissement de Douala est cité par Henry, handicapé physique depuis sa jeunesse, qui rajoute que «même les hôpitaux ne sont pas en reste car il y en a où l’on trouve les salles de consultation, d’urgence et même les salles d’accouchement au deuxième niveau sans ascenseurs. Pire encore l’aéroport international de Douala qui est sans escalier roulant, avec ses toilettes publiques qui sont au sous-sol ». Tout ceci n’est que obstacle à l’épanouissement des personnes handicapées. Une sensibilisation des populations et des pouvoirs publics s’avère alors nécessaire à ce niveau.
Autre difficulté, le manque d’emploi pour des personnes souvent très intellectuelles. Et Vincent de regretter « Très souvent le dossier est favorable et accepté à l’étude du CV, mais une fois qu’on se présente on est confronté aux obstacles structurels qui obligent les futures employeur à regretter le dossier par des rendez-vous sans espoir et sans suite. C’est l’une des causes du chômage, et de la pauvreté qui frappe les handicapés physiques ».

La situation au Cameroun
Malgré toutes les dispositions légales qui visent l’amélioration des conditions de vie des personnes handicapées dans notre pays, l’exclusion sociale, la stigmatisation, la discrimination, la précarité sont le lot quotidien des personnes handicapées du Cameroun. Les efforts qui sont fait par les dirigeants sont jugés insuffisant par rapport au degré de souffrance de ces derniers, les lois étant peu ou pas du tout appliqué, un taux de chômage légendaire au sein des personnes handicapées instruites, le manque de prise en charge sanitaire pour cette couche pauvre, des difficultés académiques de plus en plus grandes auxquelles sont confrontés les étudiants handicapés. L’Association Nationale des Jeunes Handicapés du Cameroun, associée à une vingtaine d’Associations de personnes handicapées légalement constituées et issues de toutes les régions du Cameroun et en partenariat avec le Programme d’Appui à la Structuration de la Société Civile (PASOC) – Cameroun, a lancé en juin 2009, une mission de sensibilisation des personnes handicapées du Cameroun, sur l’importance de leur contribution à l’édification d’un Cameroun qui tient compte de toutes ses composantes, en accomplissant leur devoir civique.
Cette action qui s’achève en Janvier 2010, s’étale dans 10 villes du Cameroun qui sont Douala, Buéa, Nkongsamba, Foumban, Bamenda, Bafoussam, Dschang, Yaoundé, Ngaoundéré et Garoua, et consiste en 05 points: La sensibilisation des associations, la structuration des équipes relais, des séminaires sur le plaidoyer et le lobbying, le recensement des personnes handicapées et des campagnes de sensibilisation du grand public et des responsables.

Jeune aveugle universitaire
journalducameroun.com)/n
À LA UNE
Sondage

Un candidat de l'opposition a-t-il une chance de gagner la présidentielle 2018 au Cameroun?

View Results

Loading ... Loading ...
Retour en haut