Santé › Conseils pratiques

Ebola: au Cameroun, la montée du braconnage inquiète

Cette activitĂ© va de pair avec la consommation recrudescente de la viande de brousse, pourtant interdite dans le pays depuis le dĂ©clenchement de l’Ă©pidĂ©mie Ebola en Afrique de l’Ouest

Après le LibĂ©ria et la Sierra Leone, la GuinĂ©e fĂŞtait enfin, il y a quelques jours, sa victoire contre la maladie Ă  virus Ebola, qui a fait des milliers de morts en deux ans. Si l’Ă©pidĂ©mie est apparemment Ă©radiquĂ©e en Afrique de l’Ouest, au Cameroun, on ne cache pas la crainte de la voir ressurgir, au regard de la recrudescence avec les fĂŞtes de NoĂ«l et du Nouvel an, de vente de « viande de brousse », issu du braconnage, et vĂ©ritable rĂ©servoir du virus Ebola, selon des autoritĂ©s camerounaises.

Singes, tortues, porcs-Ă©pics, pangolins, crocodiles, varans… près d’une centaine de carcasses d’animaux, initialement protĂ©gĂ©s et dont la vente est interdite, a Ă©tĂ©, rĂ©cemment, saisie, par les forces de l’ordre, Ă  Douala, la capitale Ă©conomique du Cameroun, selon les mĂŞmes sources.

« Ces animaux, classĂ©s espèces protĂ©gĂ©es au Cameroun, qui ont Ă©tĂ© saisis dans deux grands marchĂ©s de la ville, alors que des commerçants s’apprĂŞtaient Ă  les vendre aux mĂ©nagères pour les fĂŞtes de fin d’annĂ©e, sont naturellement issus du braconnage », dĂ©plore Eitel Pandong, reprĂ©sentant du ministère en charge de la faune Ă  Douala.

Si le flĂ©au du braconnage est monnaie courante au Cameroun, (plus de 450 Ă©lĂ©phants ont d’ailleurs Ă©tĂ© abattus par des braconniers en 2014, pour leurs dĂ©fenses, selon le ministère des ForĂŞts et de la Faune), le problème d’aujourd’hui est encore plus grave puisqu’il a Ă©tĂ© prouvĂ©, par des sources mĂ©dicales, que la viande de brousse est un vĂ©ritable rĂ©servoir du virus Ebola.

« La consommation de la viande de brousse est interdite depuis plus d’un an au Cameroun parce qu’elle est un vecteur potentiel de la transmission du virus Ă  fièvre hĂ©morragique Ebola qui a frappĂ© les pays voisins. Mais nous constatons que, ces derniers mois, le secteur de la viande de brousse est, de nouveau approvisionnĂ© par le biais du braconnage. C’est un fait inquiĂ©tant puisque la menace Ebola n’est pas encore complètement Ă©cartĂ©e », explique Pandong, qui ne peut, « toutefois pas fournir, les chiffres exactes concernant le marchĂ© liĂ© braconnage. »

L’interdiction de la consommation de ces viandes, fait-il, de surcroĂ®t, observer, n’est pas encore levĂ©e. « Nous allons accentuer la sensibilisation des populations ainsi que les saisies des viandes illĂ©gales qui seront incinĂ©rĂ©es. Les opĂ©rations coup de poing seront intensifiĂ©es et les braconniers seront emprisonnĂ©s », prĂ©vient Pandong.


Du cĂ´tĂ© de la population, friande de viande de brousse, on justifie cette consommation, pourtant interdite, par un besoin d’un « apport en protĂ©ines » et « les vertus thĂ©rapeutiques », qu’elle recèle.
C’est en mars 2014 que le premier cas d’Ebola a Ă©tĂ© officiellement dĂ©tectĂ© en GuinĂ©e. L’Ă©pidĂ©mie qui a Ă©tĂ© classĂ©e comme Ă©tant d’une ampleur sans prĂ©cĂ©dent par l’Organisation mondiale de la SantĂ© (OMS) a fait plus de 11 000 dĂ©cès en Afrique de l’Ouest pour presque 30 000 cas confirmĂ©s.

Le Cameroun a rĂ©ussi Ă  Ă©viter la propagation de la maladie sur son territoire grâce Ă  une vigilance de taille mais, aujourd’hui, le risque rĂ©apparait dans les assiettes, surtout que le virus ne disparait pas Ă  la cuisson, selon les scientifiques.


Droits réservés)/n

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

Ă€ LA UNE
Retour en haut