› Eco et Business

Economie: Le Poulet se fait rare dans les marchés camerounais

L’approvisionnement des pays voisins parmi les causes de la pénurie

Le constat est clair, le Poulet se fait rare dans les principaux marchés du pays. Un tour dans les marchés de Yaoundé cette mi-journée nous a permis de nous rendre à l’évidence. Au Marché Ekounou, marché du Mfoundi, à Mvog Ada ou encore à la montée où se trouvent les deux principaux marchés de la volaille à Yaoundé, les vendeurs sont unanimes. [b Ce n’est plus comme avant. La demande ne cesse d’augmenter alors que l’offre régresse. Et les bénéfices sont en baisse. Le poulet est l’un des aliments les plus consommés au Cameroun, surtout dans les restaurants. De plus en plus dans la plupart des grands carrefours de Yaoundé et des autres grandes métropoles du Pays, il est vendu à la braise dans des rôtisseries.

Selon certains vendeurs rencontrés dans ces différents marchés de la Capitale, la pénurie du poulet proviendrait de la pénurie du maïs en provenance de la partie septentrionale du Cameroun. En effet selon les exploitants, il faut du maïs en abondance pour la production de la volaille. Il faut nourrir les poussins afin qu’ils puissent être valablement commercialisés outre dans les marchés Camerounais mais aussi dans ceux des pays de la sous région Cemac. Le Cameroun, on le sait est un vaste marché qui attire de nombreux commerçants étrangers, notamment ceux venus des pays tels que le Gabon la Guinée Equatoriale, la République Centrafricaine, ou encore le Tchad. Selon les responsables du ministère en charge de l’élevage, les efforts sont en train d’être faits pour pallier cette pénurie de poulet dans les marchés de la Capitale.

A Yaoundé, les amoureux de la bonne chair ont donc du pain sur la planche car cette pénurie de poulet a pour corolaire, la hausse des prix de quelques poulets vendus dans les marchés. Vendu régulièrement à 2300 francs Cfa, le prix du poulet avoisine actuellement 3000 francs CFA voire un peu plus. Même les ufs sont devenus chers dans les marchés. Certains commerçants qui hier encore vendaient une alvéole d’ ufs à 2500 francs Cfa, la vendent aujourd’hui à 2700 francs, 2900 francs Cfa. Il faut dire que ces prix diffèrent encore d’un marché à un autre ou d’un quartier à un autre.

Les commerçants qui haussent ainsi les prix estiment qu’il faut bien qu’ils rentrent dans leurs frais puisqu’il faut payer les frais de transport et les taxes diverses liées à l’exercice de leurs activités. Le moins que l’on puisse dire est que le Cameroun est bel et bien confronté à une véritable crise de la volaille. On se souvient déjà que la dernière grippe aviaire qui avait frappé le pays en 2006, avait causé de pertes énormes dans le secteur. La plupart des structures en charge du commerce de la volaille ne s’étaient pas vite remises de cette crise. C’est ainsi que le gouvernement Camerounais, par le canal du Ministère du Commerce avait organisé durant les fêtes de fin d’année des ventes promotionnelles du poulet au prix de 2300 francs pour toutes les bourses. Les mêmes causes vont- elles encore produire les mêmes effets? La question reste posée.


Journalducameroun.com)/n
À LA UNE
Sondage

Un candidat de l'opposition a-t-il une chance de gagner la présidentielle 2018 au Cameroun?

View Results

Loading ... Loading ...
Retour en haut