Société › Société

Education: Pourquoi les écoles catholiques sont une référence au Cameroun?

Ces établissements sont hissés au sommet. Une place acquise grâce à la formation régulière des enseignants.

Chaque année, nous organisons plusieurs sessions de formations, nous organisons chaque trimestre au moins trois sessions de formations à Okola et par niveau: d’abord le maternel, ensuite le primaire et à ce niveau l’accent est mis sur la pédagogie ordinaire et les nouvelles approches pédagogiques.
Pierre Ekobena, secrétaire national à l’éducation Catholique (Seneca)

Au terme de l’année scolaire 2008-2009, les établissements catholiques se sont démarqués par les premières positions qu’ils ont occupées dans les classements. Les collèges privés catholiques François Xavier Vogt de Yaoundé et Liberman de Douala sont arrivés respectivement premier et deuxième du classement une fois de plus. Ce dernier classement des meilleurs établissements de l’année 2008 publié par l’office du baccalauréat du Cameroun est venu sacraliser une hégémonie qui dure depuis de nombreuses années. L’enseignement privé Catholique est donc devenu une référence au Cameroun.
C’est dans le but de maintenir le cap qu’une session de formation des enseignants se tient du 19 au 24 janvier 2009 à Okola dans la province du Centre au Cameroun. Il a pour but de promouvoir le bilinguisme dans les écoles catholiques. Maurice Ndjana, enseignant dans le diocèse d’Obala, souligne que ces moments de formation ont beaucoup d’effet sur le terrain étant donné que le niveau des élèves va croissant dans les établissements au fil des années.

Collège Libermann de Douala
Journalducameroun.com)/n
Cette formation nous apporte beaucoup de connaissances que nous entendons transmettre à ceux qui n’ont pas pu se déplacer pour Okola. Nous sommes davantage satisfaits dans la mesure où nous constatons que grâce à ces séminaires de formation, le bilinguisme prend de l’ampleur dans nos écoles.
Joséphine Ngo Ngole, enseignante dans le diocèse de Nkongsamba

Ces séances de formation sont devenues un moyen à en croire les dirigeants pour améliorer la qualité des enseignements dispensés dans les établissements privés catholiques. D’après l’Abbé Jean Pierre Ekobena, secrétaire national à l’éducation Catholique (Seneca), « Chaque année, nous organisons plusieurs sessions de formations, nous organisons chaque trimestre au moins trois sessions de formations à Okola et par niveau : d’abord le maternel, ensuite le primaire et à ce niveau l’accent est mis sur la pédagogie ordinaire et les nouvelles approches pédagogiques». Il précise par ailleurs qu’ « au niveau du secondaire, la formation des conseillers dont le rôle est d’assurer le suivi et le contrôle des enseignements par matière est prioritaire. Des séances qui contribuent à maintenir la qualité des enseignements dans nos établissements ».

Pour le cas du séminaire qui a lieu en ce moment même à Okola, dans le Diocèse d’Obala, ce n’est que la tradition qui vient une fois de plus d’être respectée. Pendant six jours, 26 participants venus de 12 Diocèses vont être outillés dans la transmission des notions essentielles de la langue anglaise. Pour Joséphine Ngo Ngole, enseignante dans le diocèse de Nkongsamba, «Cette formation nous apporte beaucoup de connaissances que nous entendons transmettre à ceux qui n’ont pas pu se déplacer pour Okola. Nous sommes davantage satisfaits dans la mesure où nous constatons que grâce à ces séminaires de formation, le bilinguisme prend de l’ampleur dans nos écoles ». Des sessions de formation en vue de l’amélioration de la qualité des enseignements que devraient copier d’autres établissements pour le perfectionnement de l’éducation au Cameroun.

Enseignants en formation
Journalducameroun.com)/n
À LA UNE
Sondage

Un candidat de l'opposition a-t-il une chance de gagner la présidentielle 2018 au Cameroun?

View Results

Loading ... Loading ...
Retour en haut