Politique › Institutionnel

Elections: Françoise Foning reste maire malgré tout!

Après plusieurs jours de tracasseries, le maire sortant a largement devancé son camarade de parti lors de l’élection déroulée le 12 novembre 2008.

A l’issu de la session de plein droit du conseil municipal, Françoise Foning a obtenu 38 voix contre 15 pour Emmanuel Simo. 56 conseillers municipaux sur 61 participaient au vote et l’on dénombre 3 abstentions et 5 absences.

Le moins que l’on puisse dire, c’est qu' »il a fallu du temps ». Après la victoire du rassemblement démocratique du peuple camerounais (Rdpc) suite aux élections partielles du 22 juillet 2008, la reconduction de Françoise Foning devait passer, pour beaucoup, comme une lettre à la poste. C’était sans compter avec un certain Emmanuel Simo, son camarade de parti et ancien adjoint à la mairie. Les 2 premières tentatives d’élection d’un maire pour ladite commune se soldent par des échecs et des renvois. La candidature, pour le moins surprise, d’Emmanuel Simo à la présidence de l’exécutif communal vient troubler ce qui paraissait comme un long fleuve tranquille. Deux délégations du comité central du Rdpc tentent de trouver un consensus entre les rivaux. La première conduite par Jean Bernard Ndongo Essomba, le président du groupe parlementaire du Rdpc se solde par un échec. La seconde, sous la direction de Paul Célestin Ndembiyembe n’obtient pas non plus le retrait de la candidature d’Emmanuel Simo. Ce dernier se prévalant du soutien de la majorité des membres du conseil municipal dont celui des élus de l’opposition (16) Sdf (social democratic front) et Upc (union des populations du Cameroun). Néanmoins, la mission Ndembiyembe a pu constituer une liste consensuelle pour les adjoints au maire. Des partisans d’Emmanuel Simo arguent que la candidature de leur « champion » était maintenue pour divertir l’opposition.

Entre le 04 novembre 2008, première date prévue pour l’élection du maire et le 12 novembre 2008 quand ladite élection a finalement eu lieu, beaucoup d’eau a coulé sous les ponts. Négociations, tractations, alliance et contre alliance en vue de postes, se sont succédées entre candidats et conseillers d’une part de même qu’entre les membres des différents partis. Les « amis » d’Emmanuel Simo que l’on disait nombreux au départ se sont progressivement débinés face aux injonctions de la hiérarchie du parti qui faisait prévaloir la discipline du groupe. Certains observateurs croient savoir que le soutien du comité central du Rdpc à Françoise Foning découlait « de hautes instructions » de Paul Biya, président de la République et président de ce parti. Et ce relativement aux « services » rendus au « parti des flammes » par Françoise Foning

Quoi qu’il en soi, la reconduction tumultueuse de Françoise Foning laisse présager des difficultés qui seront les siennes dans la gestion de la mairie. Gestion qui était déjà décriée lors du précédent mandat.


www.actu-cci.com)/n
À LA UNE
Sondage

Un candidat de l'opposition a-t-il une chance de gagner la présidentielle 2018 au Cameroun?

View Results

Loading ... Loading ...
Retour en haut