Société › Société

Eloundou Jean Claude: «L’urgence c’est les populations qui doivent quitter les zones sensibles»

Le sous-préfet de Garoua II nous donne des précisions sur les mesures prises par les autorités

Monsieur le sous-préfet, votre arrondissement est parmi les zones sinistrées. Quelles sont les mesures prises par l’autorité administrative dans la gestion de cette catastrophe?
Merci pour l’opportunité que vous me donnez de parler de cette catastrophe qui est survenue dans mon arrondissement depuis la nuit du 23 au 24 août dernier. Il s’agit justement des débordements des eaux de pluies de la Bénoué. En termes de mesures qui ont été prises, nous avons parcouru le territoire pour nous faire une idée de l’ampleur du sinistre et ensuite nous avons immédiatement informé la hiérarchie. Après cette information de la hiérarchie, nous avons entrepris de sensibiliser d’abord les populations de déguerpir des zones à hauts risques d’inondation. Après ce déguerpissement, nous avons procédé au recensement des familles qui se sont déplacées. C’est suite au résultat de ce recensement que monsieur le délégué du gouvernement vient de nous donner un important stock d’aliments pour venir au secours des populations touchées. Nous continuons à prendre en main les populations psychologiquement pendant que la hiérarchie à son niveau prend des dispositions pour gérer le sinistre de fond en comble.

Quel est le message à l’endroit des populations ?
Le premier message c’est que les populations écoutent les instructions qu’on leur donne. Notamment ne pas aller jouer dans les eaux parce que c’est dangereux, que les populations puissent dégager des zones à hauts risques d’inondation. Je crois que ces mesures permettront d’éviter le pire.

Eloundou Jean Claude, sous-préfet de l’arrondissement de Garoua II, Nord Cameroun
Journalducameroun.com)/n


À LA UNE


SondageSorry, there are no polls available at the moment.
Retour en haut
error: Contenu protégé