Dossiers › Spécial Can 2013

Emmanuel Adebayor: L’énième retour

A cause de ses revendications, le capitaine des Eperviers, est devenu, malgré lui, « l’enfant terrible » du football togolais

Il a fallu deux audiences avec le chef de l’Etat togolais Faure Gnassingbé pour qu’Emmanuel Adebayor accepte de revenir à des meilleurs sentiments. J’ai bien rencontré le chef de l’Etat à deux reprises : hier au Ghana et ce matin encore à Lomé. Je lui ai dit ce qui n’allait pas, que le football togolais est malade et qu’il faut à tout prix trouver le médicament. Vous savez tout ce que j’ai fait dans ma carrière, ce n’est pas personnel, c’est pour mon pays, le Togo. ( .). On en a discuté, il m’a garanti qu’il prendrait tout en charge et qu’il ferait tout pour que ça aille le mieux possible. J’ai toujours joué pour ce pays, j’ai aimé jouer pour le Togo, j’ai rêvé de jouer pour le Togo. Aujourd’hui j’ai la chance de le faire, et je l’ai toujours bien fait (Adebayor est d’origine Nigériane, Ndlr).

Emmanuel Adebayor n’est pas à sa première volte-face. [i Suite aux évènements tragiques intervenus en janvier lors de la Can, lors desquels deux de mes compatriotes ont été tués par des terroristes en Angola, j’ai pris la décision très difficile de prendre ma retraite internationale. […] Je suis toujours hanté par les évènements dont j’ai été témoin lors de cet horrible après-midi dans le bus de l’équipe du Togo. C’est un moment que je n’oublierai jamais et que je ne veux plus jamais revivre.] C’est par ces mots que l’attaquant de Tottenham avait annoncé sa retraite internationale le 12 avril 2010. Après plusieurs tractations, il avait accepté de revenir en sélection face à la Guinée-Bissau, le 15 novembre 2011, lors d’un match comptant pour les éliminatoires du Mondial 2014.

A cause de ses revendications, le capitaine des Eperviers, est devenu, malgré lui, l’enfant terrible du football togolais

Le longiligne attaquant togolais a connu une réussite précoce. Il a fait ses débuts en junior au Togo au sein du club de son quartier, le Sporting Club de Lomé àNyékonakpoé. Très tôt, il part en formation en France au FC Metz. Lancé à dix-sept ans en Ligue 1 par Gilbert Gress, c’est pourtant en Ligue 2 qu’il émerge vraiment où, lors de la saison 2002-2003, il inscrit treize buts. Le FC Metz remonte en première division mais doit laisser partir ce grand joueur (1,93 m) pour des raisons financières. Ce dernier, malgré des contacts en Angleterre, rejoint l’AS Monaco. Il passe deux saisons et demie dans le Rocher. Lors de ses six derniers mois à Monaco, Adebayor ne marque qu’un but en championnat mais délivre quelques passes décisives, complétant son jeu. En janvier 2006, il part pour l’Angleterre, à Arsenal, où Arsène Wenger apprécie beaucoup ses qualités. Après trois années de bons et loyaux services, Adebayor migre à Manchester City, pour un transfert évalué à 29 millions d’euros. Prêté au Real de Madrid, pendant six mois, il sera ensuite transféré à Tottenham. En sélection nationale, il est, malgré tout, l’atout majeur des Eperviers.

À LA UNE
Retour en haut