Société › Société

En France, des collégiens se mobilisent pour la libération de trois Camerounais

Des élèves du collège Bertrand Laralde vont écrire aux autorités camerounaises pour la libération de Fumosoh Ivo et ses deux amis condamnés à 10 ans de prison pour une blague sur Boko Haram

Comme chaque année au collège Bertrand Laralde, Florence Chaillot la documentaliste et Dominique Rech professeur agrégé d’histoire géographie font travailler une classe de 4e à l’étude et à l’écriture de la défense d’un prisonnier politique avec Amnesty international. Le 19 janvier Marie-Paule Galtié et Josette Abbès du groupe 337 Amnesty International de Saint-Gaudens sont venues présenter l’action d’Amnesty International. Laquelle porte actuellement sur le devenir d’un jeune camerounais condamné à 10 ans de prison pour l’envoi d’un SMS sur la secte islamiste Boko Haram.

Fomusoh Ivo Feh était sur le point d’entrer à l’université quand en 2014, un SMS va bouleverser le cours de sa vie. Il a fait suivre à ses amis Afuh Nivelle Nfor et Azah Levis Gob un message sarcastique affirmant que «Boko Haram recrute des jeunes de 14 ans et plus. Condition à remplir, avoir validé au moins quatre matière au baccalauréat et la religion».

Arrêté à cause de ce texto, les trois jeunes ont été condamnés à 10 ans de prison ferme le 2 novembre 2016. Motif : «non-dénonciation d’actes de terrorisme». Le juge avait fait savoir que ces élèves ont bénéficié de «circonstances atténuantes». Ce qui a permis de leur attribuer la peine minimale prévue par la loi antiterroriste en vigueur au Cameroun, depuis décembre 2014.

Au collège Bertrand Laralde, une deuxième rencontre a eu lieu avec les militantes d’Amnesty international le lundi 23 janvier, les élèves devant élaborer plusieurs textes ou lettres afin de demander aux autorités du Cameroun de libérer Ivo et ses amis, abandonner toutes charges retenues contre eux, veiller à ce qu’ils ne soient plus sujets à la torture.

La classe de 4e3 de Dominique Rech par groupe de quatre élèves, a planché pendant une heure sur l’écriture de divers textes. Sous une autre forme les élèves étaient également appelés à soutenir Ivo et ses amis en écrivant (en anglais) à Formusoh Ivo Feh – Délégation régionale de l’administration pénitentiaire ; Prison principale de Yaoundé S/C Prison centrale de Yaoundé B.P. 100 Yaoundé, Cameroun.


Droits réservés)/n


À LA UNE


SondageSorry, there are no polls available at the moment.
Back top
error: Contenu protégé