Opinions › Tribune

Energie électrique: Vérités sur la centrale à gaz de Kribi

Présentée une voie de sortie de crise de la consommation énergétique au Cameroun, la construction de la centrale de Kribi pourrait plus servir à ALUCAM

Présentée une voie de sortie de crise de la consommation énergétique au Cameroun, la construction de la centrale de Kribi pourrait plus servir à ALUCAM. Depuis le 22 décembre 2011, il ne se passe pas une journée que l’on ne lise un encart publicitaire en double-page dans la presse ou qu’on ne suive un publi-reportage dans un média audiovisuel, sur la signature de l’accord final de financement de la centrale thermique à gaz de Kribi, entre la firme américaine AES Corporation et ses bailleurs de fonds locaux et internationaux.

Si l’on est tenté de féliciter AES Corporation pour ce qu’elle qualifie elle-même « d’exploit », qui arrive en pleine crise financière mondiale et tout juste au moment où le Cameroun vient de se doter d’une nouvelle loi N°2011/022 du 14 décembre 2011 régissant le secteur de l’électricité, on a le sentiment que toute la vérité n’est pas dite sur cet important projet électrique.

La réalité que dissimule cette envolée médiatique tous azimuts du groupe AES c’est que, l’intégralité des 216 MW (extensibles à 330 MW) que produira la centrale à gaz de Kribi seront exclusivement destinés à couvrir les besoins énergétiques de l’extension de l’usine d’aluminium ALUCAM. En effet, ALUCAM, propriété à 46,7% du groupe anglo-australien RioTintoAlcan et située dans la ville d’Edéa à 100 Km de la future centrale, a décidé de porter sa production de 87.000 tonnes à 360.000 tonnes dans les 02 prochaines années, avec la construction de 02 nouvelles unités d’électrolyse.

En vertu d’un « accord d’énergie » âprement négocié et signé le 20 novembre 2009, l’opérateur AES/SONEL s’était engagé à satisfaire la demande en électricité d’ALUCAM et à la lui vendre au prix de 12,94 FCFA/kWh, au lieu de 8,7 FCFA/kWh qui lui était jusque là appliqué. Nous rappelons que le prix moyen du kWh que paie le consommateur ordinaire (ménage et entreprise) est de 77,7 FCFA/kWh. D’après nos sources, ce 02 poids 02 mesures trouverait sa justification dans « la nature énergivore de l’industrie d’aluminium, la convention d’établissement de 1948 sur la fourniture d’électricité entre ALUCAM et l’Etat du Cameroun, enfin, les besoins pressants d’exploitation des énormes gisements de bauxite du pays ».

Il ne s’agira donc pas d’une « capacité additionnelle sur le réseau interconnecté Sud », puisque l’énergie produite ne sera pas injectée dans le « secteur public », qui représente 99% des consommateurs d’électricité, mais va plutôt permettre à l’opérateur AES/SONEL de respecter ses engagements vis-à-vis de son partenaire. ALUCAM absorbe plus de 30% de l’énergie produite au Cameroun et représente à elle seule 3% du PIB national.

Par ailleurs, il est bon de savoir que, quoique conduite par AES Corporation, à travers sa filiale la KPDC (Kribi power development company), pour que cette convention de financement aboutisse, il a fallut, comme pour la plupart des accords dans le secteur de l’énergie électrique, le précieux cautionnement de l’Etat du Cameroun. Au nom de la communauté nationale des consommateurs et en tant qu’actionnaire à 44% du capital de la KPDC, la puissance publique a donc activement contribué au succès de cet accord. Outre cela, le gaz nécessaire au fonctionnement de la centrale sera fourni par la SNH (Société nationale des hydrocarbures). Pour la gouverne de tous et de chacun, tout ceci méritait bien d’être préciser.

Parce que c’est à eux que revient la tâche de payer le lourd retour sur investissements dans le secteur de l’électricité, les consommateurs d’énergie ont légitimement le droit de connaitre les tenants et les aboutissants de chaque accord de financement obtenu avec ou sans l’aide des pouvoirs publics. En tout état de cause, au-delà de cette surenchère d’annonces, nous jugeront l’opérateur AES/SONEL à l’aune de l’amélioration de la qualité du service de l’électricité.

L’accès à l’énergie est un droit essentiel et inaliénable!

Paul gérémie Bikidik, Président du RACE
Journalducameroun.com)/n


A SAVOIR

- Les opinions et analyses présentées dans cette rubrique n'engagent que leurs auteurs et nullement la rédaction de Journalducameroun.com.

- JournalduCameroun.com n'est pas responsable des affirmations qui y sont présentées et se réserve le droit de modifier ou de retirer un article qui diffamerait, insulterait ou contreviendrait au respect des libertés publiques.

À LA UNE


SondageSorry, there are no polls available at the moment.
Back top
error: Contenu protégé