Société › Société

Enseignement supérieur au Cameroun: Plus de 140 faux diplômes détectés en 6 mois

La 69ème session de la commission nationale d’évaluation des formations dispensées à l’étranger vient une fois de plus de débusquer de nombreux faux diplômes

Loin de coup de tonnerre, le communiqué du ministre de l’Enseignement supérieur (Minesup) signé récemment à l’issue de la 69ème session de la commission nationale d’évaluation des formations dispensées à l’étranger, est juste venu rappeler un phénomène qui a pris de l’ampleur chez nous, puisque qu’il touche tout les secteurs tant publics que privés : les faux diplômes. Pour cette session, ce sont plus de 140 faux documents qui ont été découvert lors de l’examen des 1047 diplômes venus de 27 pays d’Afrique, d’Europe et d’Amérique, avec plus de 900 titres délivrés du seul Tchad.

La majorité des faux diplômes viennent également de ce pays, avec en tête le baccalauréat. Cette étape est un passage obligé pour tous ceux qui veulent postuler à un emploi, une formation sur la base d’un parchemin obtenu hors de nos frontières. D’ailleurs, au regard des scandales de faux diplômes régulièrement recensés dans nos administrations, le Premier ministre avait instruit toutes les structures publiques comme privées en quête de travailleurs, d’exiger aux candidats à l’emploi un document officiel d’équivalence des diplômes obtenu à l’étranger. Du fait de la demande plus en plus croissante des demandeurs d’équivalences et afin de raccourcir les délais qui étaient parfois de plus d’une année, le Minesup a décidé depuis 2012 selon le Pr Wilfried Gabsa, son directeur des activités académiques et coordonnateur technique de la Commission nationale d’évaluation des formations dispensées à l’étranger, l’optimisation de la fréquence des sessions pour un traitement plus rapide des dossiers. L’objectif in fine est d’aboutir à leur étude dans les délais plus courts.

Il faut rappeler que lors de la 67ème session, plus de 308 faux diplômes avaient été détectés et plus tard lors de la lors de la 68ème session du mois du 24 mai ce sont 39 faux diplômes qui sont passés à la trappe. C’est dire si la situation est grave, malgré toutes les campagnes de sensibilisation déjà faites. Heureusement que le gouvernement s’atèle à donner les moyens à cette commission pour ses investigations hors du pays, mais il en faudrait encore plus pour aller vers les pays lointains d’Asie ou de l’Europe orientale d’où viennent aussi certains diplômes.

Plus de 140 faux diplômes détectés en 6 mois au Cameroun
À LA UNE
Sondage

Un candidat de l'opposition a-t-il une chance de gagner la présidentielle 2018 au Cameroun?

View Results

Loading ... Loading ...
Retour en haut