Opinions › Tribune

Ensemble, agissons contre les violences faites aux femmes !

Par Le Cameroon People’s Party

La situation des femmes au Cameroun reste des plus alarmantes et mérite des efforts renouvelés de l’ensemble des composantes de la société camerounaise pour éradiquer ces fléaux. Pour preuve :
. Au moins 53% de femmes subissent encore des violences conjugales de nos jours,
. Au moins 500 000 femmes sont victimes de viols chaque année,
. Au moins 24% de femmes sont contraintes à des mariages forcés dans le septentrion du pays,
. Un nombre indéterminé mais certainement significatif de femmes perdent leurs enfants soient du fait de vols ou d’avortements induits par des violences multiples de leurs conjoints.
En guise de rappel, les femmes jouent pourtant un rôle incontournable et majeur dans la marche de nos sociétés. Selon plusieurs études,
. 4% des 9% de personnes de la population qui détiennent diplômes de l’enseignement supérieur sont des femmes ;
. 64% des femmes de plus 15 ans sont économiquement actives ;
. 27% des jobs dans le secteur formel sont occupées par des femmes et 55,2% dans le secteur informel ;
. 90% de la nourriture consommée au Cameroun est produite par des femmes ;

Face à ce qui apparait comme la persistance d’un fléau inacceptable, le CPP, aux côtés des femmes du Cameroun, dit NON :
. Aux violences multiformes (sexuelles, psychologiques, physiques et émotionnelles) faites aux femmes ;
. Aux multiples formes de marginalisation et d’injustices entretenues en défaveur des femmes ;
. Aux privations de droits et de libertés dont sont victimes les femmes ;
. Aux vols d’enfants dans nos hôpitaux ;
. A la chosification des femmes qui sont très souvent considérée comme des biens familiaux, des objets de plaisir et de procréation ;
. A l’absence de réponse d’envergure de la part du Gouvernement en particulier et de la société en général face à une problématique sociétale d’une telle envergure.
Le Cameroon People’s Party en appelle à la mise en place urgente des mesures suivantes :

. La réforme du cadre réglementaire relatif au statut de la femme par :
o Le renforcement de la législation en vue de garantir l’égalité et le respect des droits fondamentaux des femmes ;
o La redéfinition si besoin des charges des départements ministériels en charge de cette question ;
o L’identification et le révision des dispositions du droit coutumier portant atteinte aux droits fondamentaux des femmes ;
. L’accentuation de la prévention et de la lutte contre les violences faites aux femmes en :
o Mettant en place des procédures de recours judiciaires plus diligentes et efficaces ;
o Durcissant et rendant plus effectives les mesures punitives des violences au sein du mariage ;
o Facilitant l’accès aux services médicaux pour les victimes ;
o Mettre en place des services d’orientation destinés aux victimes ;
o Formant le personnel de santé, de la justice et de la police sur la question spécifique des violences faites aux femmes ;
o Intensifiant les campagnes de sensibilisation du public en vue de parvenir à une tolérance zéro à l’égard de toutes les formes de violence exercées contre les femmes et les filles.
. L’adoption des lois déclarant illégales les pratiques culturelles discriminatoires, en particulier celles qui portent sur les mutilations génitales féminines, le lévirat, l’héritage, le mariage précoce et forcé et la polygamie ;
. La mise en place voire le renforcement des unités de protection de la femme de la police judiciaire ;
. L’augmentation de la représentativité des femmes dans les instances de décision ;
. L’accompagnement, la prise en charge et la réinsertion socio-économique des femmes victimes de violences ;
Face à l’ampleur des défis et des obstacles qu’il reste à surmonter, le CPP affirme sa volonté de soutenir et de travailler aux côtés de toutes les forces de bonne volonté engagées résolument dans l’éradication de ce fléau.
La société peut être comparée à un oiseau dont les deux ailes sont les femmes et les hommes. Son envol vers les cimes du développement est impossible si les deux ailes ne sont pas mues d’une égale force ou traitement.
Aux femmes Camerounaises ainsi qu’à tous les hommes de bonne volonté, le CPP appelle à plus de participation politique pour s’approprier les espaces de décision et faire en sorte que la voix et les intérêts des femmes soient effectivement, complètement et durablement intégrés dans le système de gouvernance du Cameroun.
Notre avenir à tous se fera par les femmes ou ne se fera pas.

Le CPP et sa sa présidente Kah Walla
www.journalducameroun.com)/n
A SAVOIR

- Les opinions et analyses présentées dans cette rubrique n'engagent que leurs auteurs et nullement la rédaction de Journalducameroun.com.

- JournalduCameroun.com n'est pas responsable des affirmations qui y sont présentées et se réserve le droit de modifier ou de retirer un article qui diffamerait, insulterait ou contreviendrait au respect des libertés publiques.

À LA UNE
Sondage

Un candidat de l'opposition a-t-il une chance de gagner la présidentielle 2018 au Cameroun?

View Results

Loading ... Loading ...
Retour en haut