â€ș SociĂ©tĂ©

Esclavage en Libye : des Camerounais manifestent devant l’ambassade de Libye Ă  YaoundĂ©

Nzodjou Fotsing (au centre, tenue verte), l'un des manifestants interpellés devant l'ambassade de Libye (C) Droits réservés

Plusieurs jeunes se sont rĂ©unis devant l’ambassade de Libye Ă  YaoundĂ© ce 20 novembre 2017. Deux manifestants ont Ă©tĂ© interpellĂ©s.

De jeunes Camerounais se sont retrouvĂ©s devant l’ambassade de Libye au Cameroun ce lundi 20 novembre au quartier Bastos, Ă  YaoundĂ©, pour dĂ©noncer la vente d’africains comme esclave dans ce pays. Cette manifestation fait suite Ă  l’indignation mondiale observĂ©e, depuis qu’une chaĂźne de tĂ©lĂ©vision amĂ©ricaine a diffusĂ© un reportage montrant des ressortissants d’Afrique subsaharienne se faire vendre comme esclaves pour cultiver des champs.

A YaoundĂ©, les jeunes manifestants ont rĂ©clamĂ© que le gouvernement libyen s’engage Ă  mettre fin Ă  ce phĂ©nomĂšne. Ils ont Ă©galement refusĂ© de rencontrer le reprĂ©sentant diplomatique de ce pays, qui voulait Ă©changer avec les reprĂ©sentants des manifestants. Face Ă  la montĂ©e des tensions, les forces de maintien de l’ordre ont interpellĂ© trois personnes, parmi lesquelles Nzodjou Fotsing, l’initiateur de ce mouvement.

Tout serait parti d’un message d’un Camerounais vivant en Libye, connu sur les rĂ©seaux sociaux sous le pseudonyme de John Dahl Carter. AttristĂ© suite au dĂ©cĂšs d’un sĂ©nĂ©galais vendu comme esclave, celui-ci a entrepris de faire connaĂźtre ce triste phĂ©nomĂšne. GrĂące Ă  ses vidĂ©os sur les rĂ©seaux sociaux, la chaĂźne de tĂ©lĂ©vision CNN s’est saisie de l’affaire et a diffusĂ© un documentaire choc sur le sujet.


Face Ă  l’ampleur de la situation, les ressortissants africains du monde entier se sont mobilisĂ©s pour pousser les dirigeants du monde Ă  prendre des mesures pour enrayer le phĂ©nomĂšne. A Paris, des milliers de personnes se sont rassemblĂ©es le 18 novembre dernier Ă  l’appel de l’animateur Claudy Siar. Le phĂ©nomĂšne d’esclavage toucherait Ă©galement le Maroc et l’AlgĂ©rie.

 

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut