International › APA

Euphrasie Yao engage les femmes leaders pour la consolidation de la paix en Côte d’Ivoire

Euphrasie Yao, la première femme titulaire de la Chaire UNESCO en Côte d’Ivoire, a engagé mardi à Abidjan les femmes leaders à œuvrer pour la consolidation de la paix dans le pays, lors d’un atelier d’échanges sur les défis actuels en matière de promotion de la paix.

Cet atelier, organisé par la Communauté régionale pour l’autonomisation et la paix (CREA-PAIX), un instrument mis en place par la Chaire UNESCO dans le cadre de sa mission genre et paix, a vu la participation de plusieurs femmes leaders venues de divers horizons du pays.

La titulaire de la Chaire UNESCO en Côte d’Ivoire « Chaire UNESCO Eau, Femmes et Pouvoirs de Décisions », Mme Euphrasie Yao, a déclaré que « la soif de la paix » a guidé le fondement de CREA-PAIX et suscité leurs « dévouement sans cesse renouvelé au service de cette cause ».

« La paix n’est pas une passivité, elle est une activité », a soutenu Mme Euphrasie Yao, appelant à une adhésion massive des femmes et des jeunes à œuvrer pour la paix en s’y dédiant « corps et âme à 100% » avec tous les partenaires au développement.  

«Être un spectateur passif face aux interactions des violences tue la paix qui est un mouvement d’ensemble et nul ne doit rester en marge de cette dynamique », a-t-elle fait observer. Toute chose qui explique son contact direct avec les femmes et les jeunes au sein des communautés.

Mahatma Gandhi a travaillé sur les individus, Mère Teresa, sur les familles mais « nous, nous avons choisi de travailler pour les communautés », car « nous sommes partis d’un constat général, (à savoir) qu’il y a des crises qui naissent au niveau des leaders», a-t-elle dit.

Selon elle, les leaders « ne sont pas les plus nombreux, mais malheureusement les conséquences (de leurs actes et opinions) sont subies par les populations » au sein des communautés où nous sentons des divisions. Alors, pourquoi ne pas prendre ces communautés en charge.  

Les femmes constituent des piliers de la paix. Et CREA-PAIX veut se baser sur la résolution 1325 du Conseil de sécurité des Nations Unies, prise en 2000, qui stipule que pour une paix durable dans le monde, les femmes et les jeunes filles devraient être au centre de la recherche des solutions. 

La Côte d’Ivoire, fera-t-elle remarquer, a été le premier pays à faire un plan d’actions relatif à cette Résolution du Conseil de sécurité des Nations Unies. Les autres pays viendront après l’Etat ivoirien, ce qui montre l’intérêt du pays à garantir la paix.  

Dialogue politique

Cet appel aux femmes leaders intervient dans un contexte où la Côte d’Ivoire traverse une crise née de l’élection présidentielle du 31 octobre 2020. Des violences ont émaillé le scrutin causant des pertes en vies humaines, avec entre autres conséquences des responsables de l’opposition incarcérés.

La représentante spéciale du président de la Commission de l’Union africaine en Côte d’Ivoire, Joséphine Mayuma, a salué la reprise du dialogue politique entre le gouvernement ivoirien, les partis politiques de l’opposition et la société civile, tenue lundi.

« Nous souhaitons une bonne fin à ce dialogue qui vient de reprendre où les enfants du pays vont pouvoir œuvrer encore une fois à la consolidation et au maintien de la paix » en Côte d’Ivoire, a déclaré Mme Joséphine Mayuma.

L’atelier, soutenu par le Bureau du Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) en Côte d’Ivoire, a mis notamment un accent particulier sur le rôle de la femme dans le processus de consolidation de la paix dans le pays.

M. Bécaye Diarra, économiste principal, représentant la représentante résidente du PNUD en Côte d’Ivoire, a salué l’initiative de CREA-PAIX qui implique les femmes dans des approches innovantes visant à instaurer une paix durable selon les réalités socio-culturelles.    

Une campagne « satisfaisante »   

Retraçant les grandes lignes de CREA-PAIX, lancée le 25 juillet 2019, Mme Euphrasie Yao, Conseillère spéciale auprès du président de la République chargée du genre, a souligné que CREA-PAIX est un instrument mis au service de la communauté pour préserver la paix.

« Nous avons formé des femmes leaders des confessions religieuses » qui ont travaillé au sein de leur communauté, musulmane, protestante, catholique… sur le thème « Et si la paix avait un coût ». Une formation qui les a outillées pour aller sur le terrain afin de promouvoir la paix, a-t-elle dit.

Il a été en outre organisé un webinaire intitulé « les femmes se positionnent pour la paix », en plein Covid-19, en août 2020, pour toujours impliquer les femmes qui viennent des différentes régions à cultiver ce sésame. Une publication sur Facebook a d’ailleurs enregistré à peu près 30 000 vues. 

Une formation destinée aux humoristes, a aussi permis de promouvoir la paix. A cela, l’on ajoute une formation d’étudiants à l’outil CREA-PAIX sur le campus et plusieurs webinaires avec des femmes leaders en médiation, les aidant à découvrir leur leadership en matière de paix.

Poursuivant, elle a noté que son staff a contribué au dialogue politique entre les femmes et à la sensibilisation sur la paix dans la région du Gbêkè (centre ivoirien) pendant une semaine, dans tous les départements.

En outre, des communications ont été faites au niveau des médias internationaux et locaux, avec la production d’un hymne en faveur de la paix intitulé l’Unité dans la diversité, portant le message qu’on peut être de divers partis politiques et régions et s’entendre.

Des messages via des vidéos en langues locales ont été aussi diffusés sur plusieurs canaux pour parler de la paix. « Satisfaite », Mme Euphrasie Yao s’est dite davantage déterminée à s’engager avec le soutien des femmes Ivoiriennes à « consolider les acquis de CREA-PAIX en 2021 ». « Le moment est favorable et ce moment, c’est maintenant ! », a-t-elle lancé. 


À LA UNE


SondageSorry, there are no polls available at the moment.
Back top
error: Contenu protégé