› Politique

Exaction présumée de soldats : Maurice Kamto s’insurge, Issa Tchiroma relativise

Le candidat du MRC à la prochaine présidentielle et le ministre de la Communication sont tous les deux revenus sur cette affaire qui défraie la chronique au Cameroun, dans deux communications distinctes ce 13 août 2018.

«Il est urgent que l’Etat du Cameroun dissocie son image de celle de quelques éléments qui ont posé des actes insoutenables et inacceptables!» C’est en ces termes que le Pr Maurice Kamto, candidat à l’élection présidentielle, s’est prononcé sur l’arrestation de sept soldats de l’armée camerounaise dans le cadre de l’enquête instruite par le président de la République, à la suite de la diffusion, sur les réseaux sociaux, d’une vidéo montrant des exécutions sommaires de civils dans l’Extrême-nord du pays.

Pour le président du MRC, il est nécessaire que cette enquête établisse les responsabilités à la base comme au sommet de la hiérarchie militaire. «Il ne faut pas que les lampistes payent pour tout le monde. On doit aller au-delà des responsabilités des chefs militaires. Il faut aller un peu plus loin, il faut interpeller le ministre de la Défense, c’est de la responsabilité du chef de l’Etat. Il doit lui demander ce qui s’est passé».

Maurice Kamto rejoint ainsi la liste de ceux qui s’en prennent à l’attitude du gouvernement après la diffusion de cette vidéo sur la toile. Un avis que ne partage pas forcément le ministre Issa Tchiroma Bakary, qui estime que la réaction du gouvernement était correcte.  «J’ai eu à intervenir au nom du gouvernement pour dire que nous ne nous reconnaissions pas dans ces deux militaires qui n’arboraient pas les tenues connues de notre armée (casques, gilet pare-balle et chaussures de type ranger). Mais que le président de la République, chef des armées, a instruit qu’une expertise soit mise en place pour éventuellement établir la responsabilité des uns et des autres», explique-t-il.

Alors que le Pr Maurice Kamto réclame qu’une «commission d’enquête indépendante» fasse entièrement la lumière sur cette affaire, le ministre Issa Tchiroma s’indigne du fait que ces vidéos n’apparaissent qu’à deux mois de l’élection présidentielle. «Pourquoi ce n’est que maintenant que ces vidéos commencent à circuler ? N’est-ce pas prémédité ? N’est-ce pas une manière de jeter discrédit et déshonneur sur nos forces de défense ?», s’interroge le ministre de la Communication.

Pour l’heure, une deuxième vidéo présentant de nouvelles exactions de l’armée continue de circuler. Le ministre Issa Tchiroma Bakary révèle qu’une nouvelle enquête a été instruite, et que les conclusions seront rendues publiques. Pour Maurice Kamto, il « faut sanctionner avec la dernière énergie, tous ceux qui seront reconnus coupables dans cette affaire ».

 

 

 

À LA UNE
Sondage

Un candidat de l'opposition a-t-il une chance de gagner la présidentielle 2018 au Cameroun?

View Results

Loading ... Loading ...
Retour en haut