Société › Faits divers

Expulsion: La footballeuse camerounaise remise en liberté

Rigoberte Mbah Atangana reste sous la menace d’une expulsion vers le Cameroun

Son avocat a finalement eu gain de cause, Rigoberte Mbah, a finalement été remise en liberté. Elle avait été arrêtée jeudi 17 février dernier pour séjour irréguliersur le territoire français. Une situation qui avait entrainé la mobilisation des associations de défense des droits des immigrés de sa localité. Le tribunal de Lille avait ordonné dimanche son maintien en centre de rétention pour 15 jours supplémentaires, en attendant son procès. Selon son avocate, la joueuse, âgée de 27 ans, ancienne de l’équipe nationale du Cameroun, est en France depuis 2008. Elle était rémunérée 50 euros par semaine et ne bénéficiait d’aucun contrat de travail ni d’aucune couverture sociale. Le club d’Hénin-Beaumont n’a jamais fait aucune démarche pour qu’elle soit régularisée, car il avait tout intérêt à maintenir ma cliente dans un état d’isolement et de dépendance, et empêcher ainsi qu’elle aille jouer ailleurs. Il s’agit d’un comportement scandaleux qui relève de l’exploitation pure et simple, a déclaré maitre Emmanuel Lequien, selon des propos rapportés par des médias français. Des associations ont dénoncé le comportement esclavagiste de la structure qui avait facilité sa venue sur le sol français. .Le drame que vit cette jeune femme, mère de deux enfants, témoigne du caractère éminemment racihttp://journalducameroun.com/private/main_content.phpste et esclavagiste du traitement qu’elle subit de la part de certains dirigeants du Football Club d’Henin Beaumont depuis 2008 qu’elle a intégré ce club, faisait savoir dans un communiqué, le Comité des sans papiers (CSP 59).

La camerounaise mère de deux enfants est désormais libre, mais son sort n’est pas scellé. La cour d’appel a juste accordé le droit reconnu aux justiciable lorsque la loi et les circonstances le permettent, à pouvoir être libre pour assurer mieux sa défense. Le 07 juin 2010 elle avait introduit une demande de régularisation à la Préfecture au titre de « compétences et talents », doublée d’une requête pour une admission exceptionnelle à laquelle était joint un contrat de travail en bonne et due forme. Elle n’a pas reçu la réponse favorable des services préfectoraux. Les dirigeants de son club se refusent à admettre toute responsabilité dans la situation de la jeune dame. Nous sommes bien évidemment désolés de ce qui lui arrive, mais ce dont on nous accuse n’est que pur mensonge et calomnie. Nos joueuses touchent juste des primes de match, et Rigoberte Mbah en a elle aussi bénéficié. Nous lui avons trouvé un contrat de travail auprès d’un de nos sponsors, mais cela n’a pas permis sa régularisation, a expliqué Bernard Dumortier, le président du club.

La camerounaise Mbah avec le président héninois Michel Houvenaeghel
Eric Duchateau)/n


L’Info en continu
  • Cameroun
  • Afrique & Monde
Toute l’info en continu
À LA UNE


SondageSorry, there are no polls available at the moment.
Back top
error: Contenu protégé