Société › Société

Extrême – Nord Cameroun, zone déclarée dangereuse par le ministère des affaires étrangères français

Suite à une note publiée par le Quai d’Orsay, les autorités consulaires invitent les français de la région à partir, ainsi que dans les villes de Garoua-Boulaï et de Gamboula dans l’Est du pays

La région de l’Extrême – Nord Cameroun fait les frais de l’enlèvement du père Georges Vandenbeusch dans la nuit du 13 au 14 novembre. Dans une note publiée le 15 novembre, le ministère des Affaires Etrangères français déconseille les déplacements de ses ressortissants dans la zone et incite ceux qui y vivent à s’en aller.

Suite aux récents enlèvements dans la région Extrême -Nord, il est demandé à tous les Français encore présents dans la zone de la quitter dans les meilleurs délais. Tout déplacement dans la zone est formellement déconseillé, la sécurité des Français n’étant plus assurée.
ministère des Affaires Etrangères, France

Suite à la diffusion de cette note, les autorités consulaires et l’ambassade de France au Cameroun ont envoyé des messages pour inciter fortement leurs ressortissants encore présents dans la zone à signaler leur date de départ, même si le message reconnaît que c’est une décision très difficile et lourde de conséquences pour beaucoup d’entre vous à prendre.

Côté camerounais, des dispositions sécuritaires ont été prises, comme l’a déclaré le gouverneur de la région, Awa Fonka Augustine, à l’Agence France Presse.

Beaucoup de mesures ont été prises pour protéger les Français et les autres expatriés de l’Extrême-Nord. Ils vont le ressentir eux-mêmes sur le terrain. Ce ne sont pas que des discours (.) Le gouvernement français est libre de prendre sa décision, de s’adresser à ses ressortissants, mais nous, nous sommes là pour assurer la sécurité des populations et de leurs biens.
Awa Fonka Augustine, gouverneur de l’Extrême – Nord

Au-delà de la région de l’Extrême Nord, l’Est du pays aussi fait l’objet des mises en garde par le ministère français des Affaires Etrangères : Les événements en Centrafrique ont provoqué dans les régions frontalières des accrochages entre la Séléka et les forces de sécurité camerounaises ainsi qu’un mouvement de réfugiés, parmi lesquels pourraient se trouver des individus peu scrupuleux. Toute présence dans ces zones, notamment dans les villes de Garoua-Boulaï et de Gamboula, est particulièrement déconseillée à ce stade.

Le gouvernement français déconseille certaines régions du Cameroun à ses ressortissants
www.diplomatie.gouv.fr)/n
À LA UNE
Sondage

Un candidat de l'opposition a-t-il une chance de gagner la présidentielle 2018 au Cameroun?

View Results

Loading ... Loading ...
Retour en haut