Société › Faits divers

Faits divers: 40 coups de fouets administrés par la police pour avoir porté des pantalons

Les faits se déroulent au Soudan

Au Soudan, on ne plaisante pas avec la tenue vestimentaire des femmes. Une trentaine de jeunes femmes ont été interpellées et certaines battues par la police pour avoir porté des pantalons jugés trop moulants ou des jupes trop courtes. Pour les autorités, il s’agit de « préserver les valeurs culturelles ». L’incident s’est passé dans le sud du pays, dans la Juba considérée pourtant comme plus libérale en matière de m urs que le nord musulman. Le 2 octobre dernier un décret a été signé par le préfet de police. Il interdit tous les comportements inappropriés. Encore un moyen de museler officiellement les femmes en les ramenant à des objets sexuels qui menacent de perturber la paix.

Le Telegraph rappelle que la sharia, la loi islamique est appliquée dans les lieux publics. En plus, de la bastonnade publique, ces femmes ont été condamnées à payer près de 80 euros d’amende pour s’être rendues dans un café de la capitale Khartoum en pantalon. Ce café, plutôt fréquenté par les journalistes et les étrangers, n’est presque jamais visité par les forces de sécurité soudanaises. Trois dames arrêtées en même temps que les dix autres, battues par la police, ont demandé à être présentée devant un tribunal, car disent-elles, elles refusent de subir en silence cette loi des coups de fouets.


Journalducameroun.com)/n
À LA UNE
Sondage

Un candidat de l'opposition a-t-il une chance de gagner la présidentielle 2018 au Cameroun?

View Results

Loading ... Loading ...
Retour en haut