Sport › Autres sports

Faits divers: Semenya pourrait être hermaphrodite

Face à la polémique sur sa féminité, l’Afrique du sud avait fait bloc uni derrière sa championne, peut être à tort!

Excuses et justifications de la fédération sud africaine
C’est un nouveau rebondissement qu’a connu l’affaire Caster Semenya, la récente championne du monde du 800 m dont l’identité sexuelle fait polémique. Alors qu’il l’avait nié dans un premier temps, le président de la fédération sud-africaine d’athlétisme, Leonard Chuene, a avoué samedi dernier face à la presse sud-africaine qu’il était au courant que des tests avaient été effectués avant les Mondiaux. Je voudrais m’excuser pour la façon dont j’ai procédé dans cette affaire mais je l’ai fait afin de la protéger (Semenya). J’en aurais fait de même avec mon propre enfant, a-t-il affirmé. Ce mea culpa intervient après que le journal Mail and Guardian L’hebdomadaire sud-africain ait reproduit vendredi 18 septembre, des courriers électroniques qui confirment qu’il était bien au courant des tests.

Des tests avaient été effectués avant les jeux
Selon ses propos, des tests avaient été faits dans un hôpital de Pretoria, le 7 août, à la demande de l’association internationale des fédérations d’athlétisme (IAAF). Il a ajouté aussi ne pas savoir avec certitude si Semenya connaissait la nature des tests dont elle avait fait l’objet. Le journal à l’origine de cette affaire affirme s’être appuyé sur un échange de mails entre le docteur de l’équipe sud-africaine, Harold Adams, et le président de l’ASA, Leonard Chuene, pour confirmer cette information. Le docteur aurait recommandé à la fédération sud-africaine qu’il était préférable que la jeune athlète ne participe pas aux jeux de Berlin.

La position de Chuene rejoint les propos de l’entraineur de Semenya qui a démissionné dès l’éclatement de l’affaire. Wilfred Daniel avait expliqué qu’un mois avant le Championnat de Berlin, la fédération sud africaine d’athlétisme savait que la communauté internationale se posait déjà des questions sur le sexe de la jeune femme, après qu’elle ait gagné une médaille d’or au Championnat junior d’Afrique. Suite à cette victoire on lui a demandé d’aller passer des tests dans une clinique de Pretoria, pour un contrôle antidopage, mais c’était finalement un test pour vérifier sa féminité, avait expliqué l’entraîneur.

Revers pour le peuple sud africain
Avec sa voix grave et son défaut de féminité apparent, l’athlète prête fortement à la confusion. Pourtant de nombreux sud-africains lui ont apporté leur soutien. C’est par milliers que des supporters ont acclamé Caster Semenya, à son retour à Johannesburg, où elle a eu droit à un accueil digne des héros. Le chef de l’Etat, Jacob Zuma, venu accueillir l’équipe sud-africaine aux Mondiaux d’athlétisme à Berlin, avait lui aussi dénoncé l’humiliation dont était victime la jeune athlète. Le gouvernement, par le biais de son ministère des Femmes avait même demandé aux Nations Unies d’ouvrir une enquête sur le « flagrant mépris » dont elle avait été victime. La concernée elle-même ne s’est jamais vraiment prononcée sur la question.

L’IAAF s’est refusé de se prononcer sur ces révélations médiatiques, selon lesquelles les résultats de tests montrent que Semenya possède à la fois des organes masculins et féminins. Son verdict sur l’affaire est attendu le 20 ou 21 novembre prochain à l’occasion de son conseil exécutif. Caster Semenya risque d’être interdite de compétition féminine, mais devrait pouvoir conserver son titre.

Caster Semenya
www.sport24.com)/n
À LA UNE
Sondage

Un candidat de l'opposition a-t-il une chance de gagner la présidentielle 2018 au Cameroun?

View Results

Loading ... Loading ...
Retour en haut