Société › Faits divers

La famille d’Adolphe Teikeu agressée par des faux journalistes

©Droits réservés

Les bandits se sont présentés comme des hommes de médias pour s’introduire chez la mère du joueur à Bafoussam.

D’après un récit du quotidien Le jour, le samedi 03 juin 2017, aux environs de 21h, cinq hommes ont frappé à la porte du domicile de la mère d’Adolphe Teikeu, au quartier Banengo à Bafoussam (Ouest du Cameroun). Ils se sont présentés comme des journalistes venus interviewer la famille du défenseur des Lions indomptables. C’est ainsi qu’ils ont reçu l’hospitalité de la maîtresse de maison.

Une fois installés, ils ont exposé le réel motif de leur visite, à savoir dépouiller la mère du champion d’Afrique. Deux jours avant cette intrusion, la maisonnée avait reçu la visite du joueur, qui avait sûrement laissé beaucoup d’argent derrière lui, ont deviné les malfaiteurs.

Armés de machette, les bandits ont tenu la famille d’Adolphe Teikeu en respect et exigé tout l’argent en possession de la mère du joueur. Celle-ci a cédé et donné ce qui lui était demandé, « des centaines de mille », déclare une source du journal, sans plus de précisions. Visiblement pas assez pour les bandits, qui, leur butin en poche, ont entrepris d’aller dépouiller Valeri, le frère aîné du sociétaire de Sochaux en France. Celui-ci tient un débit de boissons à côté du domicile familial. En tentant de résister aux malfrats, Valeri a reçu des coups de machette. Mais, il a quand même réussi à ameuter le quartier et à contraindre les voleurs à la fuite.

L’enquête en cours a déjà permis l’exploitation de deux individus qui seraient impliqués dans ce braquage. Elle devrait aussi permettre de mettre la main sur les autres bandits encore en fuite. Depuis cette intrusion, les journalistes (les vrais) sont non-grata au domicile des Teikeu.

Le joueur, lui, s’apprête à défendre les couleurs du Cameroun au cours de la Coupe des Confédérations qui se joue en Russie dès le 17 juin.



À LA UNE


SondageSorry, there are no polls available at the moment.
Retour en haut
error: Contenu protégé