Sport › Football

Fecafoot : Iya Mohammed peut-il être battu?

Les enjeux de l’Assemblée générale qui s’ouvre demain, samedi 25 mai, sont grands

Les élections réservent souvent des surprises. Mais, il est peu probable que ce samedi 25 mai l’on sorte de l’Assemblée générale élective de la Fédération camerounaise de football (Fecafoot), avec une nouvelle équipe dirigeante. Mohammed Iya (qui a bénéficié d’un quitus de bonne gestion hier à la Sodecoton) devrait logiquement conserver son fauteuil. Pas sûr du reste que ses concurrents, John Begheni Ndeh et Marlène Emvoutou, aillent jusqu’au bout de l’épreuve en maintenant leurs candidatures. Rendu au 23 mai, pas assez de candidatures pour l’entrée au Comité exécutif de la Fécafoot. Alors les membres de l’Assemblée générale désireux d’entrer au Comité exécutif doivent faire acte de candidature dans les mêmes délais que les candidats au poste de président. Seulement, seuls 38 personnes ont fait acte de candidature.

Selon les textes de la Fécafoot chaque candidat devra constituer une liste de 24 membres du Comité exécutif. A quoi se greffent le candidat président, un représentant de l’association des joueurs et le président de la ligue de football professionnel. Les places de membres du Comité exécutif se composent comme suit : le Centre, Littoral, l’Ouest et le Nord ont chacune trois places. Les autres régions ont chacune deux membres. A la lecture des choses Marlène Emvoutou et John Begheni Ndeh ont apparemment peu d’affiliés parmi les membres de Comité exécutif. Les arbitres dans ce « match » sont les 105 délégués convoqués, dont 90 venant des dix régions, 10 issus des commissions spécialisées et cinq représentants des clubs d’Elite One et Two. Dans la configuration normale de l’Assemblée générale, à ces 105 délégués, il faut ajouter deux délégués représentants les joueurs et deux autres représentants le futsal et le beach soccer. La Fécafoot n’a pas agréé d’association de joueurs et on ne pouvait pas aussi désigner les représentants du futsal et beach soccer, explique Junior Binyam, le responsable de la communication de la Fécafoot.

Annulation
Par ailleurs, on sait très peu de chose des projets John Begheni Ndeh. Ce dernier, depuis quelques jours, fait une fixation sur les batailles juridiques. Le 1er vice-président sortant a déposé le 21 mai un recours en disqualification de la candidature du président sortant auprès du Comité national olympique, au motif que ce dernier ne remplit plus les critères moraux et éthiques pour présider aux destinées d’une institution comme la Fécafoot. Après avoir été débouté vendredi dernier par la Commission de recours de la Fécafoot dans sa requête en disqualification de la candidature de Mohammed Iya au poste de président de la Fécafoot, John Begheni Ndeh s’est tourné mercredi vers la Chambre de conciliation et d’arbitrage du Comité national afin que sa requête soit étudiée au fond. A la Fecafoot, l’on répond que : Les décisions du Comité olympique sont attaquables au niveau du Tribunal arbitral de sport (Tas) et on a 20 jours pour le faire. Donc nous allons faire un recours au niveau du Tas même après les élections (.) Pour l’instant, une annulation d’une élection dans une ligue ne nous empêche pas d’organiser les élections au niveau fédéral par ce que le quorum sera atteint. Donc, l’annulation de la chambre de conciliation et d’arbitrage ne nous empêche en rien de procéder à notre élection. La preuve, on a 20 jours, eux-mêmes ils le rappellent dans le dernier paragraphe qu’on a 20 pour faire appel et nous ferons cet appel après 15 ou 18 jours. Si après le TAS estime que nous devons recommencer, nous le ferrons.

Quant à Marlène Emvoutou, elle est bien déterminée à diriger l’instance faitière du football camerounais. A tout juste 30 ans, elle a déjà réalisé l’exploit d’être élue présidente de la Ligue de football de la région du Sud, une grande première dans l’histoire du football camerounais. Sa légitimité, cette mère de deux enfants pense la tirer de son expérience à l’international, elle qui a parcouru de nombreux pays dont la France, où elle a dirigé une entreprise de marketing sportif, et surtout le Qatar, qui a financé le projet Aspire de détection de jeunes joueurs, placé sous sa responsabilité. L’ancienne présidente départementale de la Ligue du Dja et Lobo se targue d’avoir recensé 198 000 joueurs, dont elle a identifié les attentes, et travaillé avec 1 200 entraîneurs, ce qui lui permet aujourd’hui, estime-t-elle, de bien appréhender les problèmes du football camerounais.

Pour Iya Mohammed, les responsables de la Fecafoot affichent un bilan positif et annoncent de nombreux chantiers : « leprésident candidat a concocté un plan d’investissement qui va certainement s’étaler sur 5, 6 ans parce que nous avons commencé ce plan là avec déjà la construction d’un siège, les travaux sont en cours ; l’achèvement des travaux de la ligue du Centre ; la construction de la des sièges de la ligue du littoral ; de l’Ouest et la rénovation des sièges de toutes les autres ligues régionales. Les travaux sont réceptionnés à Maroua et à Bertoua, les travaux sont en cours à Ebolowa, les travaux seront lancés dans quelques semaines voir quelques mois à Garoua. Il y a aussi les travaux de construction de trois terrains au Centre technique de la Fecafoot, un terrain en gazon naturel, un terrain à Beach Soccer et en terrain en Futsal ».
Triomphe

Ils ajoutent par ailleurs : « Qu’il y aura aussi la construction d’un hôtel qui va permettre d’améliorer le cadre d’hébergement des équipes nationales et la rénovation des deux bâtiments existants. Pour ce qui est de l’organisation des compétitions, le président candidat à favorisé la création de la Ligue Professionnelle depuis deux saisons et la réorganisation des championnats amateurs. C’est sur ces chantiers que nous sommes aujourd’hui effectivement au niveau du football et c’est pour ça que nous avons dans les textes de la Fecafoot permis qu’au niveau du football jeune qu’une ligue départementale qui n’a pas beaucoup de mécènes susceptibles de créer des équipes, soit capable d’organiser au moins le football jeune avec au moins trois clubs par catégorie et à condition de jouer en aller et retour».
En perspective, le président-candidat à l’intention de parachever tout ce programme d’investissement et mettre sur pied pour les années à venir un programme d’investissement sur l’aménagement des terrains des quatre centres techniques zonaux de Maroua, Buea, Bafoussam et Mbankomo. Pour les perspectives en termes de compétitions, à la Fecafoot on envisage une forte réorganisation au niveau des équipes nationales avec un vaste programme de détection que le Minsep est près à accompagner.

En cas de triomphe du président sortant, avec qui travaillera-t-il? Après les prises de positions dissidentes de certains vice-présidents, (John Begheni Ndeh, David Mayebi, Essomba Eyenga), l’un des gros enjeux de cette élection sera la désignation des principaux lieutenants du futur président. Depuis la fin des opérations de renouvellement des organes dirigeants de la Fecafoot dans les départements et régions, la bataille pour la première vice-présidence fait déjà rage en coulisses.

Qui des trois candidats gagnera?

journalducameroun.com)/n

À LA UNE
Retour en haut