Sport › Football

Fécafoot: le Comité national olympique annule les élections

Le Comité national olympique et sportif du Cameroun (Cnosc) a déclaré nul l’ensemble du récent processus électoral au sein de la Fédération camerounaise de football, hier jeudi

Nouveau rebondissement dans l’interminable conflit autour de l’élection du président de la Fédération camerounaise de football (Fécafoot) qui dure depuis juin 2013.

La Chambre de conciliation et d’arbitrage (CCA) du Comité national olympique et sportif du Cameroun (Cnosc) a déclaré, au terme d’un arrêt rendu jeudi soir, 12 novembre 2015, «nul» l’ensemble du récent processus électoral organisé par la fédération locale de football (Fécafoot) «au sein des ligues départementales et régionales ainsi que celui poursuivi au niveau fédéral».

Elle a constaté que l’entier processus électoral a été mené sous l’égide d’un article relatif à l’organisation et à la promotion des activités physiques et sportives dans le pays «qui l’a vicié», et prévenu les parties de ce qu’elles disposaient d’un délai de 21 jours à compter de la notification de la sentence pour se pourvoir devant le Tribunal arbitral du sport (TAS) à Lausanne (Suisse).

La Fécafoot avait été traînée devant le CCA par Abdouraman Hamadou, Joseph Antoine Bell et Emmanuel Loga, des représentants de clubs également farouches adversaires du président fédéral Tombi à Roko Sidiki, élu en fin septembre dernier.

Les uns et les autres se sont appuyés sur une disposition des nouveaux statuts fédéraux, «en contrariété» avec la loi du 15 juillet 2011 relative à l’organisation et à la promotion des activités physiques et sportives au Cameroun, qui oblige à faire participer tous les corps de métiers du football au processus électoral depuis les ligues locales jusqu’au niveau national.

Or, selon la CCA, la Fécafoot a mené ledit processus en violation des dispositions légales. La Chambre de conciliation et d’appel du Cnosc a ainsi donné raison à deux clubs, l’Etoile Filante de Garoua et Bandjoun FC, ainsi qu’à l’organisation Littoral Maison Mère.

Ces derniers dénonçaient la légalité des statuts adoptés le 02 juin 2015, lors d’une Assemblée générale de la Fécafoot. Cette dernière, dont le fonctionnement a été assuré par un Comité de normalisation pendant deux ans, réserve sa réponse.

L’équipe nationale A dispute en effet un match d’éliminatoires de la Coupe du monde 2018, ce 13 novembre à Niamey, contre le Niger.
Interrogée sur la position des perdants sur cet arrêt, la responsable de la communication de ladite fédération, Laurence Fotso, a indiqué que celle-ci «communiquera ultérieurement sur cette décision».

Pour Abdouraman Hamadou, cité dans le quotidien Le Jour, édition de ce vendredi, «cette sentence est exécutoire immédiatement. C’est le code de procédures de la Cca qui le dit… Cela voudrait dire que M. Tombi n’a jamais été président de la Fécafoot ; il n’a jamais eu de mandat et ne peut donc pas rester là». «Le ministre des Sport sera obligé de prendre position, si demain M. Tombi voudrait rester par la force à la Fécafoot», a ajouté le président d’Etoile Filante de Garoua.


Droits réservés)/n


L’Info en continu
  • Cameroun
  • Afrique & Monde
Toute l’info en continu
À LA UNE


SondageSorry, there are no polls available at the moment.
Back top
error: Contenu protégé