Sport › Football

Fecafoot: Le forcing de Begheni Ndeh

Le premier vice-président du bureau sortant s’est, grâce à un cordon de gendarmes, autoproclamé président de l’instance faitière du football camerounais vendredi dernier

La bataille pour le contrôle de Fédération camerounaise de football (Fecafoot) a connu un nouveau rebondissement vendredi dernier. Une faction des opposants à Mohammed Iya, président réélu puis invalidé par la Commission des recours, constitue le gros des acteurs du film tourné vendredi dernier. Cet épisode avec comme acteur majeur l’ancien vice-président John Begheni Ndeh a été réalisé sous la supervision du commandant du groupement territorial de gendarmerie de la ville de Yaoundé, le lieutenant-colonel, Bomba Yéne. Comment comprendre ce nouveau rebondissement? Le film de la journée de vendredi, recoupé à divers sources, est assez édifiant pour mieux interpréter. Vers 8 h du matin ce jour-là, les éléments de la gendarmerie, une vingtaine, ont pris position, sous la pluie, devant la guérite de l’immeuble siège de la Fecafoot : «pour des raisons de sécurité». Vers 10h, le commandant (chef d’escadron), franchit par la force le portail. Les vigiles de la Fecafoot n’ayant opposé qu’une faible résistance. Une fois à l’intérieur, les gendarmes visitent tous les coins de l’immeuble. Vers 11h, Bomba Yéne provoque un rassemblement dans la cour du siège. Il prend la parole devant ses troupes en tenant le discours suivant : Nous sommes là, mais je ne sais pas trop pourquoi. Je vous demande néanmoins de rester tranquilles. Ne prenez aucune initiative. Je vais d’abord me rendre auprès du Secrétariat d’Etat à la défense (Sed) pour m’enquérir de ce que nous avons à faire ici. Sur ces mots, il rapplique au Sed. Vers 14h, une colonne de véhicule stationne au niveau du portail. John Begheni Ndeh entre en scène. Il est dans le même véhicule qu’Antoine Depadoue Essomba Eyenga. Dans une autre voiture, Emmanuel Mvé transporte Me Daniel Blaise Ngos, avocat au barreau du Cameroun, Calvin Mitna et Constant Elong. Juste derrière eux, on pouvait remarquer Me Toto Soppo, lui aussi avocat au barreau du Cameroun. L’attroupement crée depuis le matin s’intensifie. Les badauds font du bruit. Le trafic routier est embouteillé. Le chef d’escadron demande à ses troupes de reculer pour que la circulation soit possible. Ce qui est fait.

Démission
Entre-temps, le premier vice-président du bureau invalidé Seidou Mbombo Njoya, informé de la situation, demande par téléphone, de ne laisser entrer que les élus. Samedi en soirée, il a dans une lettre d’information, décidé de démissionner de son poste de premier vice-président du bureau de l’Ag du 19 juin, qui dans les faits d’existait plus. Quelques extraits: . Mon éducation et les fonctions que j’ai le privilège d’occuper dans les instances de notre pays et sur le plan international ne m’autorisent pas à nager dans des eaux troubles. Par conséquent, en mon âme et conscience, je préfère me retirer en souhaitant bonne chance à ceux qui auront désormais la charge de diriger la fédération camerounaise de football. Pour répondre à Seidou Mbombo Njoya, Bomba Yené va indiquer que l’immeuble siège de la Fecafoot est un édifice public: On doit laisser entrer tout le monde. Les vigiles s’exécutent. Escortés par le colonel Bomba Yéne et quelques gendarmes, John Begheni Ndeh et compagnie vont constater que la porte du bureau occupé autrefois par lui est fermée. Ils vont alors faire venir un huissier et un photographe pour matérialiser les faits. A noter que le commandant de la gendarmerie de Tsinga, sous les ordres de Bomba Yené était là pour relever le constat dicté par le colonel. Vers 14h30, John Begheni Ndeh va faire une brève déclaration à la presse: Je vous remercie vous tous qui vous intéressez au fonctionnement de la Fécafoot, plus au football camerounais. Je vous remercie parce que le calme est de retour. C’est ce calme qui nous permet d’ailleurs d’être ici. Nous avons constaté que mon bureau était fermé. Le fait a été constaté par le personnel et un huissier. En tant que premier vice-président, j’ai convoqué une réunion du comité d’urgence. Cette réunion du Comité d’urgence nous permettra de prendre de grandes décisions en rapport avec le football. Lors de cette longue réunion, tenue en salle de conférence, outre les membres du comité d’urgence du bureau sortant (Essomba Eyenga et David Mayebi), l’on pouvait remarquer la présence de quelques anciens Lions, tels Eugène Ekéké, Lucien Mettomo et VincentOngandzi. A la fin cette assise, John Begheni Ndeh a pris cette résolution : «Monsieur Tombi A Roko Sidiki, Secrétaire général de la Fecafoot sous contrat, est suspendu de ses fonctions pour insubordination notoire, jusqu’à la tenue d’une réunion du Comité exécutif qui sera convoquée conformément à l’article 42 des statuts de la Fecafoot ». Dans le camp d’en face, l’équipe du président Mohammed Iya, reconduit aux affaires lors du scrutin du 19 juin, estime qu’elle est dans son droit en demeurant aux commandes en attendant la sentence en dernier ressort du Tribunal arbitral du sport (Tas): «Les initiatives prises par John Begheni Ndeh sont nulles». Ce film est loin d’être terminé.


À LA UNE
Sondage

Un candidat de l'opposition a-t-il une chance de gagner la présidentielle 2018 au Cameroun?

View Results

Loading ... Loading ...
Retour en haut