‚Äļ Politique

Felix Agbor Balla : ¬ę¬†J’avais √©t√© inform√© de mon arrestation √† l’avance¬†¬Ľ

Le leader de la contestation anglophone s’est exprim√© √† la t√©l√©vision ce dimanche 22 octobre. Une premi√®re depuis sa sortie de prison en septembre dernier.

Felix Agbor Balla est revenu sur la crise anglophone et les conditions de son incarc√©ration √† la prison centrale de Kondengui. C’√©tait au cours d’une interview accord√©e par l’avocat √† la cha√ģne de t√©l√©vision Equinoxe Tv, et diffus√©e le 22 octobre.

Au cours de cet entretien, Felix Agbor Balla a r√©v√©l√© qu’il avait √©t√© inform√© de son arrestation bien avant que cela se produise. ¬ęJ’aurai pu √©viter de me faire prendre car, alors que je descendais pour me rendre chez Fontem, j’ai re√ßu un appel d’un diplomate travaillant pour une ambassade qui m’a inform√© que j’allais me faire arr√™ter. Je me suis tourn√© et j’ai dit √† mon fr√®re avec qui j’√©tais,¬†¬†¬Ľ ils disent qu’on va m’arr√™ter, mais je m’en fous¬†¬Ľ¬†¬Ľ.

Dans la suite de son r√©cit, Felix Agbor Balla raconte avoir √©t√© espionn√© par des agents des services de renseignement, avant d’√™tre interpell√© alors qu’il attendait Fontem Neba, autre leader de la revendication anglophone, non loin de son domicile.

¬ę¬†L’officier de police nous a dit que nous allions chez le d√©l√©gu√© r√©gional. En tant que natif de Buea, nous savions que le bureau du d√©l√©gu√© n’√©tait pas vers le haut, l√† o√Ļ on nous conduisait, mais plut√īt en bas, vers Santa barbara. C’est alors l√† que Fontem a commenc√© √† s’agiter. Il a pass√© un coup de fil, et a commenc√© √† crier, ¬ę¬†ils m’ont kidnapp√© moi et Me Agbor ¬ę¬†. Au niveau de l’universit√© de Buea, ils ont √©t√© pris de panique, ils ont chang√© de direction, et nous ont emmen√© au Gmi … au Gmi, ils nous ont mis dans un autre v√©hicule, puis ils nous ont dit que nous allions voir le gouverneur … une fois de plus ils ont pris une autre direction et ont fonc√© vers Douala. Arriv√©s √† Douala, quatre hommes arm√©s nous ont rejoints dans le v√©hicule, et c’est ainsi que nous avons fait la ligne Douala -Yaound√©, assis √† l’arri√®re d’un pick up, la voiture filant √† vive allure¬ę¬†.


Felix Agbor Balla dit avoir √©t√© mis dans la m√™me cellule dans laquelle √©tait log√© Titus Edzoa, au Secr√©tariat d’Etat √† la d√©fense. Quelques jours apr√®s, ses compagnons et lui ont √©t√© √©crou√©s au quartier le plus s√©curis√© de la prison centrale de Kondengui. ¬ę¬†J’√©tais inquiet, mais j’√©tais calme car j’avais toujours √† l’esprit de ne pas leur laisser croire qu’ils m’avaient atteint, car le combat psychologique¬ę¬†, a-t-il confi√©.

Au sujet de la crise anglophone, Felix Agbor Balla a d√©clar√© √™tre pour une reprise des cours et des audiences dans les tribunaux. ¬ę¬†Peut-√™tre pas demain, peut-√™tre dans un an, mais je suis enti√®rement favorable √† un retour √† la normale dans les zones en crise¬†¬Ľ, a-t-il affirm√©. Felix Agbor Balla s’est par ailleurs dit pr√™t √† toujours servir son pays, m√™me s’il affirme cat√©goriquement qu’il ne peut pas accepter un quelconque poste dans un gouvernement du pr√©sident Biya, en l’√©tat actuel des choses.

Pour finir, Felix Agbor Balla a dit qu’il ne se prononcera sur la candidature de son coll√®gue Me Akere Muna que¬†lorsqu’il aura vu son programme politique. Car pour lui, ce n’est que cela qui peut permettre de savoir si oui ou non, sa candidature pourra √™tre b√©n√©fique √† tous les camerounais.

 

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut