› Politique

Fête de l’unité : le SDF et le MRC expliquent les raisons de leurs revendications lors du défilé

Mrc, 20 mai 2018 (c) Droits réservés

Les deux partis politiques expliquent avoir voulu manifester leur désapprobation vis-à-vis de certains faits observés dans la gestion du pays.

Lors de la parade marquant la célébration de la fête de l’Unité le 20 mai dernier, deux partis politiques se sont distingués à travers des gestes peu communs pendant le passage de leurs délégations devant Paul Biya, le chef de l’Etat camerounais. Il s’agit du Mouvement pour la renaissance du Cameroun (MRC), et du Social democratic front (SDF). Les militants de ces partis politiques ont, en effet, défilé en mettant leurs mains sur la tête. Et certains membres du second parti cité sont allés jusqu’à enlever leurs vêtements devant le président de la République, pour terminer la marche torses nus.

Deux jours après les faits, les responsables desdites formations politiques sont revenus sur  les motivations de ces gestes ayant marqué l’opinion publique nationale. Joint au téléphone par journalducameroun.com, le vice-président du MRC, Me Simh, a expliqué le comportement observé par les militants de son parti. « C’était déjà pour protester contre le fait que dans ce pays, il n y a pas de liberté de manifester. On ne vous accordera jamais une autorisation de manifester ; sauf si vous êtes du RDPC et que vous voulez faire une manifestation en faveur de M. Paul Biya. Nous avons d’ailleurs vu des plaques qui demandaient sa candidature le 20 mai, qui est un jour réservé à la célébration de l’unité du Cameroun», affirme-t-il.

Sur le choix du geste, l’avocat précise qu’il s’agit d’un « acte de solidarité envers nos frères du Nord-Ouest et du Sud-Ouest qui subissent aujourd’hui la guerre».  Une explication que partage Alima Mbarga du SDF, qui s’est lui aussi exprimé sur le comportement de ses camarades. « Les mains sur la tête c’est un message qu’on voulait passer. Ce geste rentre dans le jargon du mécontentement. Mécontentement par rapport à tout ce que nous observons à travers le pays en ce qui concerne l’unité nationale. On voulait mentionner cette note de tristesse lors de notre passage devant le président de la République».

Au SDF, on dénonce aussi la mauvaise organisation du défilé. Certains militants de ce parti auraient été menacés d’être retirés des rangs, en raison d’un manque d’uniformité de leurs tenues. « Il y avait des militants qui avaient des pagnes, et d’autres qui avaient des t-shirts. Comme on exigeait que ce soit uniforme, car on ne peut pas avoir les deux tenues dans les mêmes rangs, certains d’entre eux ont retiré leurs tenues en guise de protestation», ajoute Alima Mbarga.

Au final, on a retenu que le SDF comme le MRC avaient des messages à faire passer au chef de l’Etat. Un acte diversement apprécié dans la sphère publique. Pour le ministre Jacques Fame Ndongo, secrétaire à la communication du RDPC, il s’agit de « l’expression de la démocratie », pendant que pour Garga Haman Adji de l’ADD, ces militants « sont des idiots».

 

 


L’Info en continu
  • Cameroun
  • Afrique & Monde
Toute l’info en continu
À LA UNE


SondageSorry, there are no polls available at the moment.
Back top
error: Contenu protégé