Société › Société

Fêtes de fin d’années: Des pénuries artificielles refont surface

Gaz domestique, huile, farine de blé, viande . se font de plus en plus rare, mais les autorités rassurent

Comme il est de tradition en cette période de fêtes de fin d’années, les pénuries artificielles sont monnaie courante. En guise d’exemple, plusieurs raisons sont avancées en ce moment pour expliquer la rareté du gaz domestique dans les différents coins de vente de la région de l’Adamaoua. Selon Mohamadou Cavaye, délégué régional du ministère du commerce pour l’Adamaoua, « la plupart des bouteilles que les promoteurs possèdent aujourd’hui ne respectent plus les normes. Pourtant, il y a du gaz au niveau du dépôt SCDP (Société Camerounaise des Dépôts Pétroliers ndlr). Mais les bouteilles ne respectant plus les normes ne peuvent pas être ravitaillées. Il y a d’autres problèmes, en l’occurrence, le nombre insuffisant des bouteilles, parce que les promoteurs nous ont fait comprendre qu’ils ont passé les commandes de nouvelles bouteilles, malheureusement, les bouteilles neuves ne sont pas encore arrivées jusqu’ici. Ce sont les principales raisons ».

Pour le gaz comme pour de nombreux autres produits de consommation courante, on ne peut donc véritablement pas parler à l’heure actuelle de pénurie. Au niveau de la délégation régionale du commerce, toutes les dispositions sont prises à l’effet de traquer les commerçants véreux et leur infliger des sanctions prévues par la réglementation en vigueur. « Nous sommes en train de mener des enquêtes pour voir si ce sont certains citoyens de mauvaise foi qui ont bloqué ou stocké des bouteilles pour des spéculations. Mais pour l’instant, on n’a pas encore des pistes fiables. Qu’à cela ne tienne, notre présence sur le terrain est permanente et le sera jusqu’au 31 janvier. Il y a plusieurs sanctions. Soit on leur inflige des amendes, soit on saisit ces marchandises qu’on revend aux enchères, soit on ferme l’établissement ».

Mais il convient tout de même de constater qu’il n’y a pas que le gaz qui se fait rare en cette période des fêtes de fin d’année. « On a eu de petits problèmes avec l’huile de cuisine juste avant la fête du mouton, mais on l’a résolu. A un moment on l’avait avec la farine, on a suscité le ravitaillement. Il y a déjà la farine, la preuve en est qu’on avait jamais eu de rupture de pain ». Fort de ce qui précède, les autorités en charge du commerce dans l’Adamaoua tiennent à rassurer les populations en cette période de fêtes de fin d’année. « Nous leur demandons de rester sereins. Avec l’appui de l’autorité administrative, en l’occurrence monsieur de gouverneur de la région de l’Adamaoua sous l’impulsion du Ministre du commerce, nous comptons leur assurer une très belle fête de fin d’année. Pas de panique, qu’ils se tranquillisent ». De quoi calmer les tensions et apaiser les inquiétudes des uns et des autres. Ça et là, des caravanes itinérantes de vente des produits de première nécessité sont annoncées pour faire face à cette flambée des prix.

A l’approche des fêtes de fin d’année, des pénuries artificielles déroutent les consommateurs
Journalducameroun.com)/n


À LA UNE


SondageSorry, there are no polls available at the moment.
Back top
error: Contenu protégé