Opinions › Tribune

Fifa/Fecafoot: les mêmes causes produisent les mêmes effets…

Martin Camus Mimb, journaliste sportif. ©Droits réservés

Je suis un peu surpris par le vent d’optimisme et de célébration qui s’est emparé des acteurs du football depuis les correspondances de la Fifa invitant les acteurs de la crise à Zurich pour trouver les voies de sortie de crise à la Fécafoot. C’est peut être une occasion pour certains de célébrer les dividendes de la représentativité, mais de mon point de vue, ça ne sert à rien et ça ne produira pas grand chose à long terme. Non parce que la Fifa est inapte à régler ce type de problème, mais juste que la versatilité des acteurs du football est une plaie mal soignée depuis des années. Je vous fais grâce de l’historique des interventions infructueuses des médiations de la Fifa depuis la guerre Maha Daher- Pascal Baylon Owona, et je vous rappelle juste l’une des médiations les plus forte qui avait pour vocation de dissiper tous les mal entendus entre les acteurs jusqu’à nos jours…mais qui a mis sur pied les germes d’un débat qui divise les acteurs jusqu’à présent: les textes. En 2004 après la CAN et le retrait de six points aux Lions, la présidence de la République met sur pied une commission de relecture des textes…Bell, Nguewa Omer et autres personnalités sont désignées pour nettoyer les textes qui de l’avis des opposants à Iya Mohammed étaient le vrai problème pour une bonne gestion et une alternance à la Fécafoot. La Fifa invite les deux parties les membres désignés par l’Etat à la commission de relecture(Bell, Nguewa et autres) et ceux de la Fécafoot (Essomba Eyenga, Batamak et autres) à une tripartite à Zurich…Des points de convergence ont été validés par les parties, on a célébré les noces de la réconciliation…moins de 4 ans après, les guerres sur l’interprétation des textes ont repris de plus belle et ce sont elles qui se poursuivent jusqu’à nos jours…la médiation de la Fifa a donné le Comité de Normalisation, la guerre a doublé d’intensité au front des intérêts…des émissaires désignés par la Fifa sont même venus au Cameroun et ils ont validé l’élection des gens qui étaient en prison. La solution aux problèmes du football camerounais ne se trouve pas à la FIFA qui a mieux à faire, mais dans l’éradication totale et complète des petits jeux d’intérêt qui gravitent autour de ceux qui tiennent les manettes à Tsinga et de ceux qui les critiquent…juste pour tenir les mêmes manettes…et surtout de la même façon!



A SAVOIR

- Les opinions et analyses présentées dans cette rubrique n'engagent que leurs auteurs et nullement la rédaction de Journalducameroun.com.

- JournalduCameroun.com n'est pas responsable des affirmations qui y sont présentées et se réserve le droit de modifier ou de retirer un article qui diffamerait, insulterait ou contreviendrait au respect des libertés publiques.

À LA UNE


SondageSorry, there are no polls available at the moment.
Retour en haut
error: Contenu protégé